Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Trompe-la-mort de Jean-Michel Guenassia

Jean-Michel Guenassia
  Le club des incorrigibles optimistes
  La vie rêvée d'Ernesto G.
  Trompe-la-mort
  La valse des arbres et du ciel
  De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles

Jean-Michel Guenassia est un écrivain français, né en 1950 à Alger.

Trompe-la-mort - Jean-Michel Guenassia

Entre Londres et New-Dehli
Note :

    Tout commence par ces phrases : "Je suis mort le jeudi 5 février à 7h35 du matin. Je ne sais pas si j'ai été tué alors que l'hélicoptère était en vol ou lorsqu'il s'est écrasé au sol. Personne n'a été capable de me le préciser".
   
    Jean-Michel Guenassia avec son style vif et son écriture élégante nous entraîne sur les pas de son héros singulier dans un fantastique voyage entre Londres et New-Dehli.
   
    Avec une intrigue habilement menée, l'auteur nous plonge dans le destin extraordinaire d'un homme simple et que la vie a façonné bien malgré en légende.
   
    Tom Larch, ce fameux héros, est né en Inde d'un père anglais et d'une mère indienne. Pour des raisons professionnelles, ils quittent New-Dehli quand Tom a 8 ans.
   
    Partagé entre deux cultures, entre deux mondes entre un père volage et une mère déracinée et un peu trop seule , il va vivre une adolescence marquée par un terrible accident.
   
    A 18 ans il s'engage dans l'armée anglaise et part en Irak. Il quitte alors le domicile familial fâché à jamais avec son père.
   
    Échappant de peu à la mort lors de terribles et dramatiques accidents, il acquiert le surnom de "Trompe la mort" et devient en quelque sorte un phénomène dans l'armée et bien au delà.
   
    Refusant les avantages financiers et sociaux que peut lui apporter sa célébrité, il mène une existence ordinaire tournée vers les autres.
   
    Un homme d'affaires très riche le contacte pour partir à la recherche de son fils disparu en Inde.
   
    Après avoir refusé une première fois, Tom accepte mais appréhende de retourner dans son pays maternel. Il y retrouvera les lieux de son enfance et une certaine paix.
   
    Jean-Michel Guenassia nous offre un personnage attendrissant et attachant au cœur parfois trop pur pour le monde actuel.
   
    Les autres personnages malgré leurs côtés sombres, possèdent à leur manière la touche d'humanité qui bouleverse.
   
    L'auteur nous plonge dans le destin d'hommes et de femmes dans des temps et des lieux différents et nous émeut avec des histoires de destins qui se croisent.
   
    J'ai beaucoup aimé la plongée dans l'Inde et le portrait de cette société toute en couleurs et contrastes même si parfois certaines situations sont un peu trop forcées.
   
    Un très bon moment de lecture et d'évasion en compagnie de Tom, jeune homme lumineux pris dans son temps et ses deux cultures.
   ↓

critique par Marie de La page déchirée




* * *



L'Inde revisitée par un formidable conteur
Note :

   Je ne sais pas pourquoi je m'attendais à un roman foisonnant dans la veine du "club des incorrigibles optimistes", avec de multiples personnages traversant notre siècle. Il n'en a rien été...
   
   Je me suis retrouvée face à UN personnage principal, qui illumine ce récit de bout en bout. Tom Larch est "le fruit d'un amour bizarre" et d'un grand amour. Né d'un père anglais , qui "adorait les Indes", ce pays où il vient pour son travail et où il rencontre la mère de Thomas. Tous les deux travaillent comme ingénieurs dans la même entreprise. Mais les expatriés doivent s'abstenir de toute relation sentimentale avec des femmes indiennes. Pourtant, ces deux passionnés d'informatique se retrouvent un jour à moins de 50 cm d'écart, ce qui est absolument interdit dans ce pays... Ils ne peuvent lutter contre leur passion, qu'ils doivent taire et cacher. Car Fulvati, la mère de Tom était destinée au fils d'un des collègues de son père . Mais elle tient bon et se retrouve contre son gré brouillée avec toute sa famille puisqu'elle refuse de renoncer à cet amour.
   
   Nous assistons alors au début de cette vie familiale heureuse à New Delhi avant que la famille rejoigne l'Angleterre lorsque Tom est âgé de huit ans, en raison de la maladie de sa mère, qui les oblige à quitter le pays. Quand il doit partir c'est le déchirement "Moi, je ne voulais pas partir, je ne me sentais pas anglais. Mon pays était ici. J'étais si bien dans mon école, j'aimais disputer des parties de cricket sans fin avec mes copains". Les premiers temps sont durs pour le petit Tom mais finalement son amour du cricket, sport qu'il retrouve en Angleterre, aura raison de ses réticences et de nouvelles amitiés vont lui faire aimer Londres. Il tombe même amoureux de la sœur cadette d'un de ses meilleurs copains. Tomber de rideau et fin de la première partie.
   
   A 18 ans, il s'engage dans les Royal Marines, alors que sa mère est décédée et qu'il a été fortement déçu par son père avec qui il finira par se fâcher. Mais un accident, dont il réchappera et qui le laisse un temps pour mort, donne un coup d'arrêt à sa carrière et le renvoie à la vie civile, blessé et obligé de porter des prothèses auditives. Il échappe ainsi plusieurs fois à la mort d'où son surnom de "Trompe la mort". Une journaliste réalise un documentaire qui va changer sa vie racontant comment cet homme a toujours réussi à ressortir vivant des chutes, accidents, incendies, ou encore bagarres dont il est victime. La diffusion de ce biopic a en effet un énorme retentissement et de nombreux articles paraissent dans la presse. Il devient célèbre et tombe amoureux d'Helen avec qui il aura une fille Sally. Fin de la seconde partie.
   
   Dans la troisième, alors qu'il est devenu "célèbre" en raison de ce document télé, un homme très riche lui demande de partir à la recherche de son fils de 33 ans, disparu en Inde , avec qui il n'a plus aucun contact. Après quelques réticences, il finit par accepter et retourne alors dans son pays natal, à la recherche de cet enfant disparu mais aussi de ses origines. Et nous voilà basculant dans un récit proche du polar.
   
   Quel formidable roman et surtout quel formidable conteur que ce Jean-Michel Guenassia. La façon dont nous est racontée cette histoire est pour beaucoup dans le plaisir que j'ai pris à lire ce roman surprenant, qui vous happe et vous prend aux tripes. On est emporté et touché par l'enfance de Tom, la formidable histoire de ses parents, puis triste de le voir obligé de quitter New Delhi, avant d' assister heureux à son envol dans Londres, qu'il finit par adopter et aimer. Pour enfin sauter dans un tout autre décor, celui de l'armée dans laquelle il s'engage à sa majorité. Le temps des accidents, des blessures à surmonter mais aussi du bonheur en raison de ce documentaire à succès et de la rencontre de l'amour et de la naissance d'une fille. Héros malgré lui, star des médias, on le croit sorti d'affaire. C'est compter sans les déconvenues inhérentes à toute vie avant qu'un homme lui demande de retourner en Inde à la recherche de son fils disparu. Retour aux racines, plein de nostalgie, puissante évocation du retour vers l'enfance et le passé. Tout est magnifiquement décrit et j'ai aimé passer d'un univers à l'autre.
   
   Roman d'aventures, roman d'amour, roman sur la filiation, enquête policière, ce livre est un véritable page turner, qui raconte formidablement une histoire qui parle aussi de la double culture, des origines, et nous offre de magnifiques descriptions de l'Inde. Le départ et l'arrivée en Angleterre sont aussi très bien rendus et toute personne ayant été brutalement arrachée à une ville ou à un pays trouvera sans aucun doute des résonances dans ce récit.
   
   Un livre hors des sentiers battus, qui sait raconter une très belle histoire, touchante et captivante, avec une vraie plume, pleine de talent, vive et sensible. Bref, pas une seconde d'ennui au cours de la lecture de ce troisième roman de Jean-Michel Guenassia, dont je ressors complètement enthousiasmée. Un coup de cœur inattendu et dont je vais avoir beaucoup de mal à me relever!

critique par Éléonore W.




* * *