Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un démon au paradis de Marvin Albert

Marvin Albert
  Un démon au paradis

Un démon au paradis - Marvin Albert

Hommage à Marvin H. Albert décédé le 24 mars 1996
Note :

   Pierre-Ange Sawyer sépare deux femmes en train de se crêper le chignon dans les jardins d'un hôtel lors du Festival de Cannes.
   
   Il connait la première, Sandrine Tally, une courtisane qui n'apprécie pas qu'une inconnue lui marche sur les plates-bandes. Sawyer raccompagne chez elle la seconde et apprend ainsi que la jeune fille se nomme Manon Jabot, qu'elle cherchait simplement une introduction pour entrer dans le monde du cinéma, et est la fille du chef des mercenaires de Cabral, un ex-dictateur de San Marrano, un pays d'Amérique Centrale, réfugié en France. Cette visite à l'ex-dictateur intéresse au plus haut chef Vollant, un agent de la D.S.T.
   
   Deux ans plus tard, Sawyer est appelé en catastrophe par Manon. Elle est chez Sandrine, avec qui elle s'est liée d'amitié. Un cadavre gît dans l'appartement. Sawyer pense que Sandrine n'a pu faire autrement que d'abattre un éventuel agresseur. Deux inconnus enfoncent la porte mais Sawyer et la jeune fille leur échappent. Les hommes emmènent le cadavre à bord d'une voiture diplomatique. Sandrine n'a pas donné signe de vie depuis la veille et Sawyer accepte la mission de la retrouver. Il fait jouer ses connaissances afin de connaître à qui appartient le véhicule et se renseigne auprès de Dizbo, un simplet qu'hébergeait Sandrine, ou encore Marie-Laure, une ex-call-girl qui a monté son propre réseau.
   
   D'après les résultats enregistrés, la voiture appartient au gouvernement de San Marrano, et Sandrine aurait eu la visite quelques jours auparavant d'un nommé Gabriel Gérard peu de temps. Gérard a trafiqué dans le commerce des armes et il est en délicatesse avec sa femme dont l'avocate n'est autre qu'Arlette, l'amie de Sawyer. Le détective découvre les cadavres de Gérard, travaillé au couteau, et d'une prostituée tuée par balles. Il prévient immédiatement Arlette afin que la veuve devienne sa cliente ce qui lui donnera un motif officiel d'enquêter.
   
   Rentrant chez lui il est attendu de pied ferme par Bénitez, un attaché commercial du gouvernement de San Marrano, et son garde du corps, l'un des inconnus ayant enlevé le cadavre.
   (...)
   Ce roman de Marvin Albert est plus intéressant que les précédents, tout en adoptant la même démarche. Une intrigue solide, où l'argent joue un rôle prépondérant, Sawyer n'ayant pas vraiment d'états d'âme, et au cours de laquelle notre privé fait le tour de ses relations afin de parvenir à son but, retrouver sa cliente.
   
   L'intrigue en elle-même ne tiendrait pas en 326 pages, si Marvin Albert, en vieux briscard, n'émaillait son récit de nombreuses considérations géographiques, touristiques, et historiques.
   
   “Il n'y a que les morts qui puissent se vanter de ne pas se tromper.”
   
   “Si tous les politiciens qui ne s'aiment pas renonçaient à se mettre ensemble quand leurs intérêts convergent, il n'y aurait plus un seul gouvernement à même de gouverner dans le monde. Ce ne serait peut-être pas plus mal.”

critique par Oncle Paul




* * *