Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

On n'est pas là pour disparaître de Olivia Rosenthal

Olivia Rosenthal
  L'homme de mes rêves
  Puisque nous sommes vivants
  Les sept voies de la désobéissance
  Que font les rennes après Noël?
  Mécanismes de survie en milieu hostile
  On n'est pas là pour disparaître

Née en 1965, cette écrivain a commencé à être publiée après un doctorat en littérature, sa spécialité étant la littérature française du 16ème siècle. Elle poursuit une carrière ralentie d'enseignante en université tout en se livrant à son métier d'écrivain de romans, de théâtre, en participant à des créations scéniques ou cinématographiques quand ce n'est pas même, chorégraphiques.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

On n'est pas là pour disparaître - Olivia Rosenthal

Beaucoup n'aiment pas qu'on en parle sans pathos
Note :

   Publié aux éditions Verticales, voilà un de ces livres de la rentrée dont nul ne semble se soucier.
    Sans doute parce qu'il est très intéressant.
   
    Il se présente comme des réflexions sur la maladie d’Alzheimer prenant diverses formes littéraires du document à la poésie.
   
   Dialogue au style direct d’une personne atteinte Monsieur T. qui répond à des questions après avoir poignardé sa femme un jour de juillet 2004.
   
   Monologue à la première personne d’une femme qui s’efforce de vivre comme si elle était atteinte perte, effacement, sensation d’être un corps étranger, ressenti et vécu. Confrontée à l’idée de la maladie et définitivement concernée par Cette maladie cherchant à vivre avec.
   
   Récit de la vie d’Alzheimer et de ses découvertes, forme du documentaire. Rapports médicaux en italiques datés.
   
   Récit de la vie de M. T. et de sa femme jusqu’au geste fou de M.T.
   
   Questions posées au lecteur par la narratrice, ou affirmation, hypothèses, courtes tenant sur une page.
   
   Récit de fragments de la vie de la narratrice. Qui mêle sa vie à celle de M.T. , à celle d’Alzheimer…
   
   S’interroge sur la famille sur la maladie de A. comme psychosomatique. Le A. serait le bouc émissaire d’une famille pathologique qui ne se soutiendrait que de rejeter l’un des siens pour garder son équilibre.
   
   Tous ces textes de forme et de narrateurs différents se fondent les uns aux autres de sorte que l’on ne sait plus, parfois, qui parle et de quoi. Nous sommes désorientés et confus comme des malades atteints de la maladie d’A.
   
   "Je me laisse aller, je me laisse tomber, je me laisse plonger, je me laisse faire, je me laisse torcher et baigner et caresser ; c’est un plaisir incroyable de lâcher prise"
   
   "Si on n’éprouvait pas en même temps des déficiences, la maladie d’A. serait la maladie des conquérants.
   
   "Faites un exercice
   
   Souvenez-vous du plus intense moment que vous ayez jamais vécu et projetez-vous dans une vie où ce moment se répèterait à l’infini, exactement égal à lui-même.
   
   Cette projection vous parait-elle définir convenablement la forme idéale que devrait prendre le bonheur?
   
   "Mon arrière grand père tenait une maroquinerie à Frankfort.
   
   Phrases poétiques :
   
   Tu n’aimes pas voir les malades de A.
   
   Tu n’aimes pas les voir marcher
   
   Les voir trébucher
   
   Les voir balbutier
   
   …….
   
   Parce qu’à travers eux c’est toi que tu vois c’est toi que tu vois décliner.
   
   Et mourir

   
   Un texte magnifique sur l’angoisse la mort la difficulté de vivre avec tout cela. La narratrice est concernée par la maladie d’A. proprement dite, mais elle s’en sert aussi comme métaphore de la condition humaine, comme moyen d'interroger le fonctionnement du psychisme humain.

critique par Jehanne




* * *