Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La barque silencieuse - Dernier Royaume, tome 6 de Pascal Quignard

Pascal Quignard
  Les Ombres errantes - Dernier Royaume tome 1
  Sur le jadis - Dernier Royaume tome 2
  Carus
  La haine de la musique
  Tous les matins du monde
  Abîmes - Dernier Royaume tome 3
  Terrasse à Rome
  Villa Amalia
  La frontière
  Le nom sur le bout de la langue
  La Nuit sexuelle
  Les paradisiaques -Dernier Royaume tome 4
  Le Salon du Wurtemberg
  La leçon de musique
  Sordidissimes - Dernier Royaume, tome 5
  Leçons de solfège et de piano
  La barque silencieuse - Dernier Royaume, tome 6
  Sur l’idée d’une communauté de solitaires
  Georges de La Tour

Pascal Quignard est né en 1948 dans l’Eure. Il a reçu le prix Goncourt en 2002 pour « Les ombres errantes » (tome 1 de sa série « Dernier royaume »).

Il a écrit de nombreux romans, des essais et de la poésie.

Il est musicien et joue du violoncelle. Plusieurs de ses livres traitent de cet amour de la musique.

Après avoir longtemps travaillé pour les éditions Gallimard, enseigné (Université de Vincennes et l'Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences Sociales) et organisé des concerts et des festivals, il démissionne et ne se consacre plus qu’à l’écriture.

Voilà ce qu'il dit lui-même de sa série fascinante des Derniers Royaumes:
"Il y a vingt ans j'ai composé les huit tomes des Petits Traités. Ils sont parus aux éditions Maeght. Dernier royaume est un ensemble de volumes beaucoup plus étendu et étrange. Ni argumentation philosophique, ni petits essais érudits et épars, ni narration romanesque, en moi, peu à peu, tous les genres sont tombés. Enfant, durant toute mon enfance, chaque nuit, je tournais la tête du crépuscule jusqu'à l'aube. Cela me paraissait beaucoup plus intéressant que dormir. C'était peut-être un signe de carence mais cela m'excitait. C'est vraiment une tête qui tourne à toute allure que ces volumes. Un éclair de tête. Ce n'est pas un jugement sur le temps ou le monde ou la société ou l'évolution humaine : c'est le petit effort d'une pensée de tout. Une petite vision toute moderne du monde. Une vision toute laïque du monde. Une vision toute anormale du monde."


Dominique Rabaté a rédigé une excellente étude de l’œuvre de Pascal Quignard.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

La barque silencieuse - Dernier Royaume, tome 6 - Pascal Quignard

Beauté de la mort
Note :

   "J’aurai passé ma vie à chercher des mots qui me faisaient défaut. Qu’est-ce qu’un littéraire? Celui pour qui les mots défaillent, bondissent, fuient, perdent sens."
   Ainsi commence le sixième tome de "Dernier royaume", un recueil qui, selon l’auteur récemment entendu, n’est pas près de finir.
   Or c’est de finitude dont nous parlons ici. De la mort et de ces derniers instants, de l’altérité du temps et aussi de ces moments où l’on éprouve ce qu’il est convenu d’appeler des instants de bonheur car la mort peut aussi être un plaisir, le dernier plaisir sexuel.
   "Le trait de l’orgasme est temporel : c’est la perte de conscience de la durée.
   Ce trait est aussi celui de la lecture."

   
   Pascal Quignard me semble un des dernier humanistes et nous fait partager son érudition tant littéraire qu’historique, philologique, poétique, mythologique et même philosophique (et j’arrête, je n’ai plus mots en "-ique"!) ainsi que sont évoquées les traditions et superstitions qui entourent la mort.
   
   Dans la barque allégorique, on passe d’un temps à l’autre, d’une célébrité à l’autre, ainsi de Louise Brulé à Mallarmé aux philosophes latins, grecs ou chinois jusqu’à Henriette d’Angleterre dont la mort si bien mise en mots par Bossuet, confiant à madame de La Fayette, au seuil du trépas : "Mon nez s’est déjà retiré." et ignorant qu’elle se référait à une superstition inuit.
   
   Chaque chapitre est un monde clos sur lui-même, de même la solitude du lecteur ("in angulo cum libro") et celle du mourant. La mort apparaît ici comme à un retour à l’état d’avant la naissance, enfermé dans un cocon rassurant :
   "Nous avons besoin de narrations parce que chaque naissant fut un héros complétement perdu."

   
   Au début du chapitre, on est au début d’une histoire, d’un trait poétique ou d’une méditation nouvelle parce que les livres et la lecture régénèrent le héros que nous sommes de traverser la vie. Ainsi on se place, dans ce livre, du côté des athées : athées déçus et constatant comme Nietzsche : "Dieu est mort, nous l’avons tué." ou athées presque militants comme Stevenson qui signait toujours ses lettres par "l’Athée". On va même jusqu’à suggérer que Jésus s’est suicidé puisqu’il dit dans l’évangile de Saint Jean qu’il se "dessaisit de sa vie."
   "C’est Gentillet qui posa à la fin du XVIe siècle qu’être athée et être littéraire étaient synonymes.
   Les athées sont des lettrés."

   À l’instar de Voltaire, les athées veulent par leur lucidité "ecr l’inf", "écraser l’infâme", le fanatisme, bien sûr. Et nous voilà en résonance avec notre actualité.
   Alors pourquoi une étoile en moins que d’habitude? Moins de surprise peut-être, moins d’émerveillement aussi mais toujours autant de plaisir à lire cet auteur et impatience de retrouver le tome suivant.
   
   
   Dernier royaume
   
   Cette œuvre, toujours en cours, développe les réflexions de l’auteur sur ses thèmes privilégiés. Tous les genres se succèdent dans les très nombreux chapitres, contes, notes, listes, essais, fragments de romans, journal, etc.
   
   Les Ombres errantes (Dernier Royaume, Tome I), 2002 (Prix Goncourt 2002)
   Sur le jadis (Dernier Royaume, Tome II), 2002
   Abîmes (Dernier Royaume, Tome III), 2002
   Les Paradisiaques (Dernier Royaume, Tome IV), 2005
   Sordidissimes (Dernier Royaume, Tome V), 2005
   La Barque silencieuse (Dernier Royaume VI), 2009
   Les Désarçonnés (Dernier Royaume VII), 2012
   Vie Secrète
   Mourir de penser (Dernier Royaume IX), 2014

critique par Mouton Noir




* * *