Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Hannibal Lecter. Les origines du mal de Thomas Harris

Thomas Harris
  Hannibal Lecter. Les origines du mal

Hannibal Lecter. Les origines du mal - Thomas Harris

La Loi du talion
Note :

   Comme George Lucas pour la Guerre des étoiles, Thomas Harris remonte le temps dans son dernier roman.
   
   Après le Silence des agneaux et Hannibal, il retrace dans son dernier livre l’enfance et l’adolescence d’Hannibal Lecter.
   
   Enfance heureuse en Lithuanie, aisée, auprès de parents aimants et cultivés et d’une domesticité dévouée.
   
   Puis la seconde guerre mondiale éclate avec ses horreurs.
   Quelques années de répit pendant lesquelles la famille vit cachée en forêt puis la tragédie surgit et s’abat sur les proches d’Hannibal et de manière particulièrement horrible sur sa petite sœur.
   
   Après le garçonnet ne sera plus jamais le même, de petit enfant protégé, aimé, au caractère doux, il sa se transformer en adolescent ivre de vengeance et d’autant plus redoutable que surdoué.
   
   La première partie du livre est assez réussie, de l’enfance à la fin de la guerre ; la seconde par contre qui se déroule principalement en France et à Paris est décevante.
   
   Trop de facilité d’écriture, inconsistance des personnages, peu ou pas de psychologie, on s’ennuierait presque ce qui est un comble pour ce genre de roman.
   Ce n’est pas parce qu’Hannibal a été témoin d’un acte atroce petit qu’il va devenir obligatoirement un adulte qui à son tour va commettre les actes les plus terrifiants…
   
   Le style est plat et on oublie vite l’histoire une fois le livre refermé.
   
   Il vaut mieux se souvenir du Silence des agneaux ou de Dragon rouge.
   Thomas Harris a voulu exploiter son personnage une fois de trop, la zone d’ombre qui entourait son serial killer était plus intéressante que cette pseudo explication.
   
   Il faut parfois savoir abandonner son personnage au bord de la route plutôt que de le reprendre jusqu’à ce qu’il n’ait plus la moindre substance

critique par Rita




* * *