Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Miscellanées de Mr Schott de Ben Schott

Ben Schott
  Les Miscellanées de Mr Schott
  Schottenfreude - Il y a un mot pour tout

Benjamin Schott est un écrivain britannique. Il est né à Londres en 1974. Il a étudié à Cambridge, et fut photographe de presse.

Les Miscellanées de Mr Schott - Ben Schott

"Le saviez-vous?"
Note :

   Les miscellanées sont, nous dit le dictionnaire, des "mélanges scientifiques ou littéraires". Celles que Mr. schott nous envoie d'Angleterre sont même scientifiques et littéraires puisqu'on y traite aussi bien, sous la forme de courtes rubriques, de l'astronomie et de la chimie que de Shakespeare et du jargon de bistrot. Dans un joyeux désordre auquel il est remédié par un précieux index, Ben schott remet à l'honneur l'art de la liste inauguré au XI° siècle par la courtisane japonaise Sei Shônagon (d'ailleurs citée) dans ses Notes de chevet. Il fournit un outil irremplaçable à ceux qui ont oublié les sept merveilles du monde, les dix plaies d'Egypte ou les douze travaux d'Hercule, à ceux qui veulent savoir combien mesure une encablure ou le nez de la Statue de la Liberté, à ceux qui ont besoin de dire je t'aime en finnois ou suppositoire en créole, à ceux qui désirent connaître le nom du cheval de John Wayne ou celui du saint patron des fossoyeurs. Ils sont plus nombreux qu'on pourrait le croire : ce petit volume fut la surprise de la rentrée littéraire 2006
   
   Mêlant l'érudition à l'humour, Ben schott offre un catalogue absolument inutile et tout à fait indispensable. La version française, qui bénéficie d'une présentation très soignée, a dû adapter certaines rubriques, trop typiquement anglo-saxonnes. Il reste néanmoins des listes (clubs londoniens, rois d'Angleterre, fournisseurs de la reine Elizabeth II…) dont le lecteur français aurait pu faire l'économie.
   
   Au fait, le saviez-vous ? Le numéro de téléphone du Vatican est le 00 39 06 69 82.

critique par P.Didion




* * *