Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Antoine de Saint-Exupéry - L'oasis à conquérir de Thomas Fraisse

Thomas Fraisse
  Antoine de Saint-Exupéry - L'oasis à conquérir

Antoine de Saint-Exupéry - L'oasis à conquérir - Thomas Fraisse

Ses plus grands voyages
Note :

    Avoir enseigné dans un des nombreux collèges Saint-Exupéry n'est absolument pas une garantie pour avoir lu les œuvres de ce célèbre auteur. Le petit prince, oui, évidemment (même si une prof de latin de quatrième m'avait durablement enlevé l'envie de le lire, car elle nous l'a fait étudier déjà traduit en latin)(si), y compris sa version BD par Joan Sfar.
   
    Thomas Fraisse a fondé en 2013 l'association "L'Oasis d'à côté", motivée par deux penseurs, dont Saint-Exupéry. Association ayant comme "but d'inviter chacun à se constituer en centre de responsabilité, d'inviter chaque homme et chaque femme à prendre conscience de sa noblesse et de sa dignité, partant, de celle de l'autre."
    Il semblait donc parfait pour écrire cette biographie de Saint-Exupéry, retraçant bien sûr sa vie et ses voyages, mais surtout sa philosophie au travers de ses œuvres et ses actions. Pour moi, c'est une excellente introduction à la lecture des dites œuvres, justement. Volume complété par quelques miscellanées sur l'univers de Saint-Exupéry.
    J'avoue avoir aussi découvert avec intérêt cet homme finalement engagé et à la pensée originale.
   
   Un passage (A New York, début années 40) Lorsqu'il déambule dans les rues, au milieu des néons, des passants affairés, il a maintenant l'impression de rencontrer le désert véritable. "Car le désert n'est pas là où l'on croit, écrit-il. Le Sahara est plus vivant qu'une capitale et la ville la plus grouillante se vide si les pôles essentiels de la vie sont désaimantés."
    "Il sait, maintenant, que la civilisation pour laquelle il se bat est prise entre deux périls, deux formes d'avilissement de l'homme, l'une commandée par les tyran, l'autre par l'usurier."

critique par Keisha




* * *