Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un baume pour le cœur de Neil Bissoondath

Neil Bissoondath
  Arracher les montagnes
  Retour à Casaquemada
  À l'aube de lendemains précaires
  L'innocence de l'âge
  Le marché aux illusions
  Tous ces mondes en elle
  Un baume pour le cœur
  La Clameur des ténèbres
  Cartes postales de l'enfer

AUTEUR DES MOIS DE DECEMBRE 2014 & JANVIER 2015

Neil Devindra Bissoondath est un écrivain canadien (indo-québécois) d'expression anglaise, né à Trinité-et-Tobago, en1955.

Il a émigré au Canada en 1973. Il y a terminé ses études puis est lui-même devenu enseignant d'anglais et de français.

Il rencontre le succès dès son premier livre en 1987 (un recueil de nouvelles intitulé "Arracher les montagnes"), ce qui lui permet d'interrompre son enseignement pour se consacrer à l'écriture.

Il vit à Québec depuis 1995 et y enseigne la création littéraire.

Il est le neveu du Prix Nobel de Littérature, V. S. Naipaul


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Un baume pour le cœur - Neil Bissoondath

Récit de vieillesse
Note :

   Titre original : Doing the Heart Good
    
   Ma première réaction à l’issue de la lecture fut d’aller regarder à quel âge Neil Bissoondath avait écrit ce roman. En 2003, il n’avait donc que 48 ans! Etonnant, tant le propos est significatif de pensées, de sensations qui nous viennent à l’esprit... quand on devient vieux! Ou plutôt quand la conscience nous vient de réellement devenir vieux.
   
   Alistair Makenzie peut être considéré comme vieux. On sait qu’il a plus de soixante-dix ans, soixante-quinze je crois. Il est veuf et ce fut douloureux. Et six mois auparavant son appartement a brûlé et il a dû se réfugier chez sa fille (et conséquemment son gendre et son petit-fils), plutôt contre son gré (rythmes de vie radicalement différents, perte des repères spatiaux). Neil Bissoondath va nous raconter comment et dans quelles conditions Alistair en est arrivé à cette situation, à coup de retours en arrière, de digressions prenant racine dans son passé.
   
   Oh rien d’extraordinaire dans son passé. Une vie qu’on pourrait qualifier de "normale", si ce n’est une médaille obtenue pendant la guerre en Europe, pour une action même pas glorieuse et qui lui aura permis sans aucun doute de réchapper du carnage dont l’Europe s’était fait une spécialité dans la première moitié du XXème siècle!
   
   Donc une vie normale, des évènements classiques. Classiques mais qui appartiennent à la vie d’Alistair et donc essentiels pour lui. Neil Bissoondath nous couche tout ceci par écrit de bien belle façon, avec sensibilité et intelligence. Des maladresses d’un homme jeune un peu timide aux interrogations pleines d’angoisse d’un homme devenu vieux qui se sait dépassé et qui ne comprend plus le monde tel qu’il s’accélère sous ses yeux.
   C’est cette partie basée sur les sensations d’un homme devenu vieux qui sait qu’il devra en partie dépendre des autres et perdre une partie de son autonomie qui m’aura le plus intéressé.
   
   "Hier matin, Agnès a eu la bonté de me conduire au centre commercial pour que je fasse mes emplettes. Une excursion de dernière minute, certes, mais à quoi bon bouleverser les habitudes de toute une vie? Tandis que nous venons allonger la queue de voitures à l’entrée du parking, je marmonne quelques banalités sur les lieux, que je juge abrutissants : des boîtes massives de béton et de briques agglutinées sans souci esthétique, sinon celui du chaos, enlaidies encore par des enseignes lumineuses propres à allécher les comateux.
   …/…
   Après avoir contemplé et rejeté un éventail de possibilités, un pendentif et un nettoyant à cuvette miracle, par exemple, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis aventuré dans des boutiques débordant de vêtements tenues par de très jeunes femmes au corps d’une souplesse invraisemblable et au sourire amène. "Pour votre femme? Votre fille? Une jolie robe peut-être? Ou encore une blouse?" Les vêtements féminins me plongent dans l’impuissance. J’ai vite renoncé en me remémorant la leçon apprise la seule et unique fois que j’ai offert une robe à Mary pour son anniversaire :
   Tu me vois là-dedans?
   Depuis, je suis incapable de choisir ne serait-ce qu’un foulard."

critique par Tistou




* * *