Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Du soleil en boîte de Christine Leunens

Christine Leunens
  Du soleil en boîte

Du soleil en boîte - Christine Leunens

Belle-fille, belle-mère
Note :

   Un petit tour en Nouvelle Zélande?
   
   Nancy, professeur d'astrophysique d'origine new-yorkaise y vit avec son mari Mike et leur fille Chloé, sous l’œil souvent critique d'Edith, belle-mère parfois envahissante... Mike disparaît accidentellement; après un deuil difficile, la vie de Nancy reprend. Au fil des années, les rapports entre Nancy et Edith vont évoluer.
   
    Durant cette lecture j'ai eu l'impression d'un flou temporel, volontaire j'en suis sûre, avec juste de petits détails permettant de saisir que le temps avait passé. De même, l'histoire s'est déroulée dans des directions inattendues, ce qui n'est pas déplaisant pour un lecteur. Au final, je dirais que c'est un roman fin et sensible, qui ne fait pas dans le pathos, mais ne m'a pas entraînée non plus. Quelques jolis passages décollent un peu plus, le fameux soleil en boîte, par exemple. L'auteur ne juge pas ses personnages, au lecteur d'avoir son opinion, c'est parfois déstabilisant. Le vieillissement et ses conséquences chez Nancy et Edith est bien senti, ainsi que les rapports de Chloé avec ses mère et grand-mère. Beaucoup de non-dits dans les relations souvent conflictuelles entre Nancy et Edith.
   
   
   Présentation de l'éditeur:
   
   "La soixantaine alerte, le verbe haut, le conseil toujours prompt, surtout quand il n’est pas sollicité, et la coiffure aussi raide que le genou, Edith McLoughlin frôle la caricature de la belle-mère de comédie. En fait sa tyrannie, légère et tissée de bonnes intentions, serait plutôt drôle si elle n’était à l’origine d’un drame épouvantable – la mort de son fils – qui pèsera évidemment à jamais sur la vie de Nancy, sa belle-fille.
   Restée veuve, avec une petite Chloé de sept ans, Nancy – professeur d’astrophysique à Wellington, où, en New-Yorkaise bon teint, elle se sent toujours un peu en exil –, va devoir affronter une existence d’autant plus compliquée qu’Edith entend plus ou moins la régenter."

critique par Keisha




* * *