Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Rue des degrés de Didier Daeninckx

Didier Daeninckx
  En marge
  Le der des ders
  La mort n'oublie personne
  Le Poulpe : Éthique en toc
  Le facteur fatal
  Play-back
  Dès 10 ans: Il faut désobéir : La France sous Vichy
  Dès 10 ans: Un violon dans la nuit
  Passages d'enfer
  La route du Rom
  Lumière noire
  Mort au premier tour
  Cannibale
  Camarades de classe
  Itinéraire d’un salaud ordinaire
  Métropolice
  Nazis dans le métro
  Missak
  Histoire et faux-semblants
  Meurtres pour mémoire
  Galadio
  D comme: Le der des ders
  Le dernier guérillero
  Rue des degrés
  Caché dans la Maison des Fous
  D comme: Octobre noir

Didier Daeninckx est né en 1949.
Avant d’être écrivain, il fut imprimeur, animateur, journaliste local..
Son premier livre fut «Meurtres pour mémoire», dans la Série Noire Gallimard en 1984.
Son œuvre de romans populaires ou policiers (Il a plusieurs fois participé aux aventures du Poulpe) s’accompagne d’une critique sociale, historique et politique. Elle a déjà été récompensée par plusieurs prix.

Rue des degrés - Didier Daeninckx

8 dégrés... la gamme
Note :

    Un sympathique recueil de huit nouvelles qui commence tambour battant avec "La couleur du noir", une enquête policière dans le milieu de l'édition... autant dire que l'exercice est parfaitement réussi pour Didier Daeninckx, ce prolifique et expérimenté auteur de polar à la française.
   
    La nouvelle dotée du titre éponyme du livre, "Rue des degrés", part d'une description de la plus petite rue de Paris, du quartier populaire où elle se trouve et d'un meurtre au pied d'une vieille plaque émaillée pour s'achever dans la modernité puisque le dénouement fait figurer les actuels réseaux sociaux... Bien vu!
   
    Les autres histoires sont plus courtes (10 à 15 pages) et il faut reconnaître le talent de l'auteur, même si lire des nouvelles est un peu frustrant. On aimerait y trouver plus de matière, plus de longueur... c'est ainsi!
   
    Didier Daeninckx, en quelques lignes, quelques pages, a l'art de camper des situations et des personnages crédibles, il intéresse avec des histoires insolites et un style agréable, précis sans être concis. Dans ce petit livre, nous pourrons donc passer d'un contexte à l'autre, d'une époque à l'autre : la Samaritaine et une vie banlieusarde pour "Un air de déjà vu", puis changerons d'hémisphère pour nous retrouver à Port-Vila, la capitale du Vanuatu pour "Jamais deux sans trois" et "L'épave de Port-Vila". J'ai aimé aussi ces personnages populaires, ces "petites gens", quand l'auteur décrit la banlieue et le Paris d'un autre temps ou encore l'ambiance de la frontière belge dans les années 30, l'époque du plein boom minier et de l'immigration polonaise ("L'amour en contrebande") .
   
   Et puis, à chaque fois, un dénouement plausible dans une histoire bien construite, ça se lit vraiment bien. Cela m'a donné envie de relire cet auteur déjà visité il y a fort longtemps avec son succès "Meurtres pour mémoire".

critique par Laugo2




* * *