Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Papa was not a rolling stone de Sylvie Ohayon

Sylvie Ohayon
  Bonne à (re)marier
  Les bourgeoises
  Papa was not a rolling stone

Papa was not a rolling stone - Sylvie Ohayon

Pas maîtrisé
Note :

   "C'est ce qu'il y a de bien avec la littérature: elle envisage le réel avant qu'il n'advienne."
   

   Sylvie Ohayon semble être née sous le signe du tiraillement: juive par sa mère, kabyle par son père, père très vite disparu dans la nature, elle reçoit beaucoup d'amour de la part de ses grands-parents, ce qui compense l'attitude immature de sa mère.
   
   Cette dernière se mariant avec un Daniel, cent pour cent français, la petite fille ne parviendra jamais à appeler "papa", cet homme qui l'adoptera et lui vouera une haine féroce, bien réciproque. Malgré les coups, les sarcasmes, la petite Sylvie travaille comme une forcenée à l'école, faisant même la classe à ses petits camarades de la cité des 4000 de la Courneuve. Car oui, Sylvie est une banlieusarde, mais la vision qu'elle nous propose de cette cité n'a pas grand chose à voir avec celle propagée par les média. Certes la violence est présente, surtout envers les filles, mais aussi la solidarité. Notre héroïne, passant de l'autre côté du périph, grâce à des études de lettres, intègrera un univers tout aussi étrange: celui des bourgeois parisiens.
   
   Autobiographie survoltée, "Papa was not a rolling stone" possède les défauts de ses qualités : une belle énergie, beaucoup d'humour, un sens de la formule qui a fait ses preuves en publicité (domaine où Sylvie Ohayon a excellé), mais aussi un récit chaotique car non maîtrisé. On sent que l'auteur a voulu tout raconter, nous transmettre ses émotions mais sans vraiment prendre le temps d'organiser son récit. J'avoue aussi avoir été agacée par les répétitives leçons de vie que l'auteure tient à nous transmettre à toutes forces et par le style parfois trop relâché. Un bilan en demi-teintes donc mais un roman qui ne se lâche pas malgré tout. Il est sorti en poche.

critique par Cathulu




* * *