Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Marina Bellezza de Silvia Avallone

Silvia Avallone
  D’acier
  Marina Bellezza
  Le Lynx
  La vie parfaite

Silvia Avallone est une romancière italienne née en 1984.

Marina Bellezza - Silvia Avallone

Une histoire plutôt violente
Note :

   Dans un petit village des Alpes piémontaises, en 2012, la crise économique frappe de plein fouet des jeunes gens qui ne discernent aucun avenir digne de ce nom. Les deux héros sont pourtant décidés à se battre : Andrea fils d’un avocat, maire de la ville, a abandonné l’université. Il rêve d’élever des vaches dans la montagne à l’exemple de son grand-père ; en outre, il souffre d’être moins aimé que son frère aîné, s’est fabriqué un destin à la Caïn. Marina, fille d’un couple séparé, ayant toujours vécu dans un climat de grande, précarité sociale, et d’instabilité familiale, veut devenir chanteuse de variété.
   
   C’est dans une fête de village, qu’ Andrea revoit Marina, avec qui il a eu autrefois une longue liaison orageuse. Ils vont renouer, mais Andrea veut une femme pour élever ses enfants, le seconder à la ferme dont il rêve, et se charger des tâches ménagères. Marina a les moyens et les capacités de faire carrière dans la chanson, et détesterait la vie de fermière. En dépit de l’attirance sexuelle et de similitudes de caractères ces deux-là ne vont pas bien ensemble. Et pourtant, ils semblent condamnés à se fuir et se retrouver, se rapprocher et se repousser, s’aimer et se haïr sans trêve!
   
   En plus de cette histoire d’amour impossible, le récit suit pas à pas l’évolution du devenir des deux jeunes gens l’un dans l’élevage, l’autre dans la show-business, ainsi que leurs relations conflictuelles avec leurs familles et leurs amis. Conflits, antagonismes, rivalités, sont les maîtres mots de ce roman violent, écrit d’une plume énergique, vigoureuse, pleine de sève, hommage à la combativité de ces jeunes gens, et aux magnifiques et rudes paysages du pays qui vit naître cette jeune romancière de trente ans, pleine de talent.
    ↓

critique par Jehanne




* * *



Désespéré, désespérant
Note :

   Dans son premier roman, "D’acier ", vite devenu un best-seller, la jeune femme de lettres Silvia Avalone s’employait à dénoncer les dérives d’une banlieue industrielle de Toscane, montrant la décrépitude profonde d’une Italie sous l’ère Berlusconi.
   
   Avec son deuxième roman, l’auteur a pris le parti d’un retour aux sources, celles de son Piémont natal qu’elle connaît bien. Cette région au Nord de l’Italie est en véritable voie de désertification. Les filatures qui firent les heures de gloire de la région y ont fermé les unes après les autres et les habitants des petits villages nichés au sein d’une nature à la fois grandiose et hostile fuient peu à peu, attirés par les mirages des lumières des grandes villes, grossissant les rangs des nouveaux pauvres.
   
   Car le monde vu par Silvia Avallone est loin d’être tendre. Il est au contraire cynique, violent, impitoyable. La nouvelle génération doit du coup s’y faire une place souvent contre la famille dépassée, détruite ou enfermée dans un schéma totalement désuet, et en utilisant les moyens qu’elle peut pour parvenir à ses fins.
   
   Ici, tout se jouera entre deux jeunes gens, figures hautement symboliques d’une jeunesse italienne en grande partie à la dérive, écartelée entre des schémas aux résultats incertains, ne pouvant plus s’enfermer dans les représentations mentales d’une vie professionnelle stable faute d’emplois et à cause d’une économie qui n’en finit pas de se déconstruire.
   
   Elle, Marina Bellezza, a vingt ans. C’est une bimbo qui fait baver tous les hommes. Une fille au corps de déesse et dotée d’une voix qui lui permet de tenter de se faire une place dans le monde la pop italienne. Une fille déterminée, manipulatrice, egocentrique et caractérielle, prête à tout pour se faire une place au soleil.
   
   Lui, Andrea, est le deuxième fils du maire d’obédience berlusconienne d’un petit village de la vallée. Un garçon de vingt-sept ans ayant vécu une passion amoureuse dévastatrice avec Marina avant que tout ne s’arrête brusquement. Depuis, il zone, survit d’un vague emploi de bibliothécaire à temps partiel et a commencé une série d’études jamais achevées.
   
   Et puis, un jour, par hasard, Marina et Andrea vont se retrouver et la passion amoureuse, folle, irrépressible se remettre en route. Tout les oppose, tout dit à Andrea qu’il va commettre la pire bêtise de sa vie. Mais le cœur a ses raisons que la raison n’a pas…
   
   L’auteur nous plonge alors au sein de cette relation autodestructrice, véritable révélateur d’une société qui se délite. Pendant que Marina jouera des coudes et de ses atours pour se faire un nom, Andrea se réfugiera dans les alpages, rejoignant ces jeunes solitaires décidés à revivre la vie des macaires, ces éleveurs d’autrefois, producteurs artisanaux de fromages. L’une vise les paillettes, l’argent et le strass. L’autre, le calme, l’amour du travail bien fait. Mais tous deux ont surtout d’immenses comptes à solder avec leur enfance, leur famille impossible et avec eux-mêmes.
   
   Plus l’autodestruction progresse, plus nous découvrons les immenses blessures narcissiques et psychologiques qui font que, jamais, ni l’un ni l’autre ne pourront vivre normalement.
   
   Il y a dans ces alternances de vie intense à deux, de fusion totale violente et absurde, de déchirements irréconciliables, de mauvaises décisions systématiques, d’impression de chaos semé partout autour d’eux, une sorte de schéma de fatalité. Il semble impossible à quiconque dans ce roman d’aimer simplement, la moindre histoire devenant une sorte de suicide affectif comme il semble impossible à cette Italie désespérée que nous peint Silvia Avallone de trouver une issue favorable à une situation qui porte en elle les germes d’une catastrophique explosion.
   
   Au bout du compte, un assez beau livre, fort, troublant qui aurait toutefois gagné en impact en ayant été un peu condensé.

critique par Cetalir




* * *