Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ecrire de Jean-Claude Monod

Jean-Claude Monod
  Ecrire

Ecrire - Jean-Claude Monod

A l'heure du tout-message
Note :

    L'auteur est chargé de recherche au CNRS et enseigne la philosophie à L'Ecole Normale Supérieure de Paris. Mais baste, je me suis lancée sans peur dans cet essai plutôt fort lisible.
   
    En quatre parties intitulées simplement Envoi, Réception, Objet et Répondre, sont abordées des thématiques évoquant des activités concrètes à tous. Mails, textos, tweets, bien sûr, mais aussi lettres et cartes postales, et en remontant plus avant, annonces angéliques (Un ange est au départ un messager, du latin angelus, emprunté au grec ἄγγελος, ángelos, "messager" en hébreu מלאך, malakh, "messager"). Jean-Claude Monod n'hésite pas à faire participer des personnages de l'antiquité, dont l'apôtre Paul, à scruter intelligemment "Les liaisons dangereuses" et "Une femme fuyant l'annonce" citant aussi Derrida, Levinas, Nietsche (et là, j'ai parfois décroché je l'avoue)
   
    Un poil d'humour (Dieu écrit-il en SMS?), beaucoup de remue neurones, qui mérite le petit effort demandé.
   
    Juste un passage à propos des codes CAPTCHA (si vous ignorez ce que c'est, vous avez bien de la chance; je suis à deux doigts de boycotter certains blogs à cause d'eux)(et encore ça s'arrange un peu, on nous demande de recopier des chiffres plutôt que des lettres floutées...)(oui, j'en profite pour râler)
   
   Gehlen voyait le point d'aboutissement de la logique technique de dématérialisation dans une situation de "domination de l'organique par l'inorganique". En sommes-nous là? Des corps physiques tout entiers "arraisonnés" à des machines communicantes qu'ils fournissent en "messages", mais qui finissent par nous demander si nous sommes bien, nous, des humains en chair et en os.
   
   
   Présentation de l'éditeur:

   
   "Une part croissante de notre vie semble vouée à envoyer et à recevoir des messages – mails, textos, tweets, appels… Cette omniprésence bouleverse aussi bien les relations intimes que les modalités d'accès à la sphère publique. Cette dernière s'en trouve aussi transformée, au point qu'on peine à démêler l'ouverture à de nouvelles libertés de la menace induite par cette "visibilité" constante. Pour faire la part du feu, il faut donc tenter de restituer cette métamorphose de nos instruments de communication et d'écriture dans une histoire longue, celle qui a vu le remplacement du messager physique (dont le facteur est aujourd'hui la dernière incarnation) par les messageries et les échanges instantanés. Qu'est-ce qui se joue dans cette dématérialisation et cette démultiplication des messages? Si la science du XXe siècle nous a incités à voir des messages partout, dans nos gènes (ADN), dans notre activité vitale elle-même, qui serait une suite d'informations échangées avec notre milieu, ne faut-il pas plutôt réserver le concept de message à une forme d'expression adressée à autrui? Dans l'océan des pseudo-messages, il nous incombe alors de détacher de tous ces "contacts" la valeur d'une relation singulière : tel est l'enjeu de cette philosophie."

critique par Keisha




* * *