Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

De là, on voit la mer de Philippe Besson

Philippe Besson
  Les jours fragiles
  L'arrière-Saison
  Se résoudre aux adieux
  Un instant d'abandon
  Un garçon d’Italie
  La maison atlantique
  De là, on voit la mer
  Vivre vite
  Arrête avec tes mensonges
  Les passants de Lisbonne
  Un certain Paul Darrigrand
  Dîner à Montréal

Philippe Besson est un écrivain français né en 1967.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

De là, on voit la mer - Philippe Besson

Niais, on ne peut le nier
Note :

   Dans son roman, Philippe Besson met en lumière la Toscane, chaude et sensuelle, dans un été qui n'en finit pas. Et une superbe maison, sur les hauteurs de Livourne, de là, on voit la mer...
   
   Et puis un couple en crise.
   
   La femme écrivain bien sûr, très célèbre, a besoin de solitude pour créer. Laissant à Paris un adorable mari, très compréhensif, elle part pour... la Toscane et la belle maison.
   Seule, Louise s'abîme dans l'écriture d'un livre fort prometteur, l'histoire d'une pseudo veuve d'âge mûr qui succombe à la passion pour un jeune homme.
   La femme de ménage italienne, seule autorisée à pénétrer dans son domaine, a un fils, Luca et c'est le coup de foudre. Il a vingt ans et lui redonne goût à la vie, à son corps, à tout.
   Le mari resté à Paris est hospitalisé suite à un terrible accident de scooter, elle revient et là...
   
   Philippe Besson, dans une écriture très très ramassée, nous sert des dialogues simplistes et niaiseux.
   Les personnages deviennent des caricatures avec la femme mûre et le jeune homme très beau, la représentation de la morale par la mère italienne, et la description du pauvre mari souffrant dans son corps et son âme.
   Louise est antipathique et égoïste et le livre ne fait même pas ressortir son talent littéraire.
   Quant aux autres... L'auteur ne prend pas la peine de fouiller des fêlures ou des questionnements profonds, ils sont insipides comme cette histoire.
   
   Quelques thèmes chers à l'auteur sont présents, comme la place de l'écriture dans une vie amoureuse, la désillusion de l'amour, la création. Même les images récurrentes de l'accident de voiture de Piccoli dans "les choses de la vie" ne rendent pas ce texte attachant.

critique par Marie de La page déchirée




* * *