Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Brésil en marche de John Dos Passos

John Dos Passos
  Cycle Le district de Columbia - 1 - Aventures d'un jeune homme
  L'initiation d'un homme : 1917
  Rossinante reprend la route
  Manhattan Transfer
  Devant la chaise électrique - Sacco et Vanzetti
  Trilogie USA - 1 - 42e Parallèle
  Trilogie USA - 2 - 1919 - L'An premier du siècle
  Trilogie USA - 3 - La Grosse Galette
  Trilogie « U.S.A. »
  Terre élue
  Le Brésil en marche
  La belle vie
  Lettres à Germaine Lucas-Championnière

AUTEUR DES MOIS D'OCTOBRE & NOVEMBRE 2014

John Rodrigo Dos Passos est né à Chicago en 1896. Son père était un avocat prospère à ce moment là (il le fut moins à la fin de sa vie) qui lui fit avoir la meilleure des éducations, ce qui comprenait des séjours en Europe. Mais il était un bâtard (bien que reconnu), né d'un père marié par ailleurs, qui ne put épouser sa mère que lorsqu'il eut 14 ans.

En 1916, il quitte l'Université d'Harvard son diplôme en poche et se rend en Espagne pour étudier les beaux arts. Les USA ne s'étaient pas encore engagés dans la guerre mais, John Dos Passos voulait, lui, s'y impliquer malgré une très mauvaise vue qui le lui interdisait. Il usa de l'influence familiale pour être enrôlé comme ambulancier et connut le baptême du feu.

Son premier roman fut publié en 1920 et remporta déjà un certain succès. Il fut suivi de « Trois soldats », puis de « Manhattan Transfer » qui lui, fut un best seller. Il s'intéresse davantage à l'analyse sociologique qu’à l'analyse psychologique et aime présenter seulement les faits. Il développe une écriture cinématographique et simultanéiste qui convient particulièrement à ses objectifs. Il collabore à des journaux et soutient Sacco et Vanzetti.

Les années 1930 à 36 furent celles de la publication de sa « Trilogie USA ». Gros succès, elle aussi. Elle est considérée comme son chef d’œuvre.

En 1928, il séjourne assez longuement en URSS, mais il est moins proche des communistes que des anarchistes. Il passera d'ailleurs en Espagne pendant la guerre civile, scellant ainsi sa rupture avec les communistes (et Hemingway). Il se rendra à Mexico et y rencontrera Trostky, mais l’anticommunisme le poussera progressivement de plus en plus à droite, jusqu'à Barry Goldwater beaucoup plus tard.

Il est mort d'une crise cardiaque à Baltimore en 1970.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Le Brésil en marche - John Dos Passos

Témoignage du passé
Note :

   Titre original : Brazil on the Move, 1963
   
   
   En raison de ses origines portugaises Dos Passos s’est beaucoup intéressé au Brésil pendant une bonne partie de sa vie. Il a d'abord visité le pays en 1948, et est revenu en 1956 et 1962. Ce document est basé sur ses expériences au Brésil. Il présente les gens et les paysages d'un jeune pays en définition.
   
   Une portion du livre est consacrée à la ville de Brasilia, d'abord dans sa phase de planification, puis la période frénétique alors qu’elle n’était un groupe de bâtiments à moitié érigés, et enfin, comme elle est apparue à Dos Passos à l'été 1962 quand elle commençait à fonctionner en tant que ville. Le livre est aussi l'histoire d'un grand programme de construction de routes visant à unifier le pays et le récit des batailles politiques visant à éviter une prise de contrôle communiste.
   
   Le périple de l’écrivain lui a permis de visiter en long et en large cette immense terre et d'interviewer de multiples figures: des politiciens et des chefs religieux. L’écriture est simple et proche du roman. À travers son regard, Dos Passos parvient habilement à transmettre l’essence et les images de la plus grande des nations d'Amérique latine.
   
   Puisque ce n’est pas un livre d’Histoire spécialisé, sa pertinence est faible. Cependant, maintenant que l’on sait ce que le Brésil est devenu, il est tout de même fascinant, même un peu magique, de lire ce livre obscur et y trouver en quelque sorte un tunnel vers le passé sur les premiers balbutiements de la création du pays.

critique par Benjamin Aaro




* * *