Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

D comme: Le chien qui louche de Etienne Davodeau

Etienne Davodeau
  D comme: Le Constat
  D comme: La Gloire d'Albert
  D comme: Un homme est mort
  D comme: Les ignorants
  D comme: Lulu femme nue – Premier livre
  D comme: Lulu femme nue – Second livre
  D comme: Les mauvaises gens
  D comme: Le chien qui louche

Etienne Davodeau est un dessinateur et scénariste français de bandes dessinées, né en 1965.

D comme: Le chien qui louche - Etienne Davodeau

144 pages
Note :

    Ma bibliothèque acceptant gentiment de commander les BD dont j'ai envie (sans complexes!), j'ai enfin pu lire ce dernier album d'Etienne Davodeau.
    Tous les blogs (ou presque) en ayant parlé, je vais essayer de faire court.
   Fabrice Fabien est agent d'accueil et de surveillance au musée du Louvre. sa copine Mathilde le présente à sa famille, des meubles Benion. Le grand père du papy, peintre à ses heures, a produit un tableau intitulé "le chien qui louche", au style disons, euh... pas convaincant artistiquement parlant. Comme Davodeau l'indique dans un dialogue, "on dirait un dessin de BD... - n'exagérons rien. Mais c'est vrai que c'est assez maladroit." [Étienne, j'adore votre humour!]
   
    La famille de Mathilde, un clan de gros balourds, exprime le désir de voir entrer au Louvre la croûte familiale... Fabien qui aime fort Mathilde (les rapports entre ces deux là sont rendus avec une sympathie manifeste) s'engage dans une drôle d'aventure, qui le conduira à rencontrer un groupe assez particulier...
   
   Nous sommes dans une histoire bourrée d'humour, de fantaisie, d'inventivité, et d'un poil d'émotion quand même. J'ai aimé quand le clan Benion visite le Louvre avec leurs gros sabots, et craquent sur le mobilier national... Après tout, chacun a une œuvre d'art qui va lui parler personnellement, non? Soyons patients!
   Qui décide qu'une œuvre va avoir droit au Louvre? Pourquoi pas Le chien qui louche et ses frères? Notez que la réponse (sérieuse) est donnée en fin d'album.
   En prime, une visite au Louvre, bien agréable, bien rendue, et un aperçu du quotidien du gardien, à la fois enthousiasmant (être parmi des chefs d’œuvre!) et lassant (ah ces touristes! ^_^)
   
    Bravo Davodeau, encore un album recommandable qui peut entrer dans les bonnes biblis, à défaut des musées (quoique, vérifier s'il n'est pas à la librairie du Musée, tiens)
    ↓

critique par Keisha




* * *



La République du Louvre
Note :

   Suivant les conseils de Keisha, j'ai emprunté "Le chien qui louche" à la bibliothèque... et j'ai eu bien raison! Quel bon moment j'ai passé avec cette pauvre bête!
   
   Je ne reviens pas sur l'histoire (il vous suffit de lire plus haut), mais par contre, j'ai envie de parler encore des personnages. Davodeau a un don pour nous parler des gens, surtout des gens "ordinaires", comme vous et moi, et là, il a tout particulièrement bien réussi. Tous ses personnages sont parfaits, aussi bien notre couple débutant (et dans un couple, quand ça commence à devenir sérieux, c'est délicat. Comme il a bien su rendre cela!), que les beauf''s plus vrais que nature et parfaits! Avec même un arrière plan, une profondeur inattendue, qui nous montre que Davodeau ne pratique pas le manichéisme. C'est très réussi!
   
   Une belle histoire, bien trouvée. Bien originale, presque plausible sans être du tout attendue. Une histoire qui étonne, séduit et intéresse. Parfaite! On se demande tout du long comment tout cela va bien pouvoir finir... on a peur d'être déçu, tellement c'est bien parti. Et miracle, on ne l'est pas! Une fin elle aussi originale, presque plausible sans être du tout attendue.
   
   Et puis il y a l'autre vedette de l'album : le décor : ce Louvre merveilleux. Si les croquis sont succincts, on reconnaît tout de même les salles. J'ai apprécié la visite de ce lieu magique que je connais bien mais où je ne suis pas allée depuis longtemps. Et du coup, je suis allée chercher mon album du Louvre et j'y ai replongé un bon moment... et rapidement, j'ai bien compris qu'il fallait que j'y retourne et je me suis demandé comment/pourquoi, j'avais pu attendre si longtemps.
   
   Alors vraiment, j'ai beaucoup aimé "Le chien qui louche". Je veux bien l'accrocher à mes cimaises. Il a raison de vouloir être au Louvre.

critique par Sibylline




* * *