Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les liens du mariage de J. Courtney Sullivan

J. Courtney Sullivan
  Maine
  Les débutantes
  Les liens du mariage

Julie Courtney Sullivan, est un auteur américain née en 1982, qui signe J. Courtney Sullivan.

Les liens du mariage - J. Courtney Sullivan

Officialisations
Note :

    Cinq interlocuteurs, cinq époques et une transmission à jamais éternelle. J. Courtney Sullivan retrace au travers de "Les liens du mariage", l'évolution du couple américain grâce à la célibattante visionnaire Mary Frances Gerety - auteure du slogan du siècle -, à Evelyne femme au foyer déboussolée par une séparation filiale, à James ambulancier empathique et trop généreux, à Delphine une Parisienne qui plaque tout pour vivre un coup de folie dans un hôtel de luxe new-yorkais, et enfin à Kate, partisante convaincue de l'union libre, chargée d'assurer le bon déroulement d'un mariage gay. Chacun évolue dans sa petite vie, perturbée par les relations avec autrui : James bosse le jour de Noël pour faire bouillir la marmite d'un foyer un peu à cran financièrement, Delphine vit d'illusion avec son amant et envisage une sérieuse et méthodique punition, Frances éternellement oubliée dans son métier de publicitaire assume son célibat dans une époque peu encourageante (ère post-Seconde Guerre mondiale) et gagne certaines batailles qui sous couvert de futilité présentent de vraies avancées pour le statut féminin (exemple de son intronisation dans un club privé), Evelyne cache son jeu et propose un triangle amoureux romantique, Kate complexe dans ses contradictions semble l'élément le plus léger de cette chronique, qu'une quête bijoutière rend folle.
   
   Bien écrit, parfaitement cadencé par ces témoignages touchants et instructifs, "Les liens du mariage" est un excellent roman et installe son auteure définitivement dans la sphère littéraire. J. Courtney Sullivan réussit à nous faire vivre les états d'âme de ses héros, évite tout anachronisme, nourrit son intrigue de références historiques (elle montre les mécanismes publicitaires pour imposer une vente ou la rendre inévitable par exemple). Juste un bémol : la charge finale sur le couple prolétaire James-Sheila m'a paru un peu lourde. Certes, l'auteure voulait marquer un vrai clivage avec leur fils aîné Parker (Danny n'est que le cadet de cette famille, contrairement à ce qui est affirmé en page 445) mais l'attitude suffisante et pédante de Parker suffisait à mon avis. J'ai passé un excellent moment en compagnie de ces personnalités du quotidien et ai regretté de les quitter si tôt.
    ↓

critique par Philisine Cave




* * *



Le diamant n'est pas votre meilleur ami
Note :

   Un roman où l'on suit cinq destins à travers le temps de 1947 à 2013 : quatre couples et une femme sans aucun lien apparent mais reliés par un seul et même objet.
   
   1950, Frances travaille dans une agence de publicité dont le plus gros client est De Beers producteur et vendeur de diamants à travers le monde. Célibataire, Frances rédige des slogans et participe aux campagnes de marketing pour que les ventes de bagues de fiançailles repartent à la hausse. On lui doit "un diamant est éternel". Sa vie entière sera consacrée à son travail.
   1972, Evelyn désormais à la retraite ne comprend que son fils veuille divorcer. Selon elle, les liens du mariage sont sacrés.
   1987, James et sa famille vivotent. Ambulancier, il enchaîne de longues journées mais l'argent file à tout vitesse et la maison a besoin de travaux importants. Il aimerait tant pour Noël offrir à son épouse une nouvelle bague.
    2003, Delphine tombe amoureuse d'un jeune violoniste américain et quitte son mari ainsi que le magasin d'instruments de musique par lequel elle et son mari se sont connus.
   Enfin, en 2013 Kate opposée farouchement au mariage s'apprête à se rendre à celui de son cousin. Une union entre entre deux hommes enfin autorisée dans ces certains états des Etats-Unis.
   
   Si j'avais aimé "Les débutantes" et surtout "Maine", je me suis ennuyée à la lecture de gros roman. L'auteure s'intéresse à l'industrie du diamant (pas toute blanche) mais surtout et principalement aux destins de ces femmes et de ces couples avec les mœurs, les préjugés, les attentes personnelles.
   
   Roman dense comprenant moult détails historiques et culturels, il lui manque cependant du charme. J'ai tourné les pages avec un intérêt qui n'a fait que décroître. Pire, je suis restée insensible à ces cinq destins et au marketing publicitaire développé.
   
   L'évolution du mariage et de sa place dans la société à travers différentes époques est un thème qui me plaisait mais ce roman n'a pas su me séduire...
   
    477 longues, très longues pages...

critique par Clara et les mots




* * *