Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

B comme: Hyperbole de Allie Brosh

Allie Brosh
  B comme: Hyperbole

B comme: Hyperbole - Allie Brosh

Ego trip
Note :

   "Je ne suis que le vaisseau impuissant d'une identité moindre, que je dois supporter malgré moi. J'ai constamment peur d'elle, et prie pour qu'elle ne m'attaque ni ne m'oblige à commettre des actions dont j'aurais honte."
   

   Roman autobio et graphique, Hyperbole, explore de manière imagée, (ah le générateur d'amour propre! ) à la fois précise et pleine d'humour, les tours et détours de la personnalité en devenir de son auteure. à noter que le seul personnage dessiné de manière non totalement figurative est l'auteure elle-même (l'espèce de poisson /grenouille? cornu dessiné sur la couv' , c'est elle). Et ce choix est volontaire, car elle sait croquer à merveille les attitudes et comportements des chiens, tant par ses dessins que par ses textes (les résultats du test d'intelligence de son premier chien sont à mourir de rire et l'adoption du second chien est encore plus gratinée! )
   
   Ce n'est pas juste un "ego trip" de plus, c'est une analyse vivante, pleine d 'humour à laquelle on peut pleinement s'identifier. Les mensonges qu'on se fait à soi même, nos tergiversation, notre tendance à procrastiner (remettre toujours au lendemain ), tout ceci nous est familier, mais , éclairé par l'auteure, prend une coloration nettement plus sympathique.
   
   Un livre qui m'a fait glousser toute seule à de nombreuses reprises (bon, j'avoue avoir dévoré en premier les chapitres consacrés aux chiens, facile à repérer les chapitres car tous sont colorés jusque sur la tranche d'une couleur différente).
   
    Je l'ai dévoré d'une traite et il est constellé de marque-pages!
   
   Un livre tonique et hautement réjouissant!
   
   Pour celui ou celle qui aime "fouiner dans les circonvolutions profondes de [son] cerveau comme un intrépide idiot"
   
   
   Présentation de l'éditeur :
   
    "Dans ce roman graphique hors du commun, Allie Brosh, une surdouée de 25 ans, raconte ses souvenirs d’enfance, ses angoisses existentielles, sa dépression et ses histoires absurdes avec les chiens. Par-delà la dérision, c’est un beau livre sur la condition humaine."
    ↓

critique par Cathulu




* * *



Entre deux chaises
Note :

   Quoiqu'elle me rebute par son graphisme, cette étrange bande dessinée commence par une invraisemblable boucle temporelle et, telle une mouche sur le papier collant, je suis capturée car s'il y a un thème qui me séduit, c'est celui des invraisemblances logiques. Va y en avoir d'autres...
   
   Quand j'avais ouvert le livre, à la vue du graphisme des personnages (et il n'y a pratiquement pas de décor) je m'étais dit que j'allais bien finir par m'habituer à ce bonhomme-têtard, mais sans bien parvenir à m'en convaincre moi-même. Le bonhomme-têtard est en fait une bonnefemme-têtard, puisqu'il s'agirait de l'auteur, et cette BD serait une sorte de journal... Je ne le crois pas vraiment car les pages qui vont suivre vont nous faire découvrir une personnalité franchement psychotique. Alors je suis allée demander à l'Internet, qui m'a offert les photos d'une Allie Brosh rose et fraiche et d'apparence plutôt équilibrée. Je sais qu'il ne faut pas se fier aux apparences, mais je sais aussi que, si, quand même un peu.
   On espère donc vraiment que ces récits ne reflètent pas la réalité, et en même temps, on ne trouve jamais ce petit clin d’œil, ce petit recul, qui nous confirmerait cette impression. C'est ce qui fait que j'ai lu l'ensemble de l'ouvrage (300 pages, quand même) dans une sorte de malaise. On se dit : Si c'est vrai, faut qu'elle consulte. On ne voudrait pas la laisser comme cela, on se fait du souci pour elle. Alors on se dit que c'est sûrement imaginaire. Juste un personnage. Mais le malaise persiste.
   
   En tout cas moi, cela m'a empêchée de trouver cela drôle. D'autres ne réagiront peut-être pas autant au premier degré et s'amuseront davantage. L'équilibre mental des chiens me préoccupant moins, c'est peut-être pour cela que j'ai trouvé leurs pages bien plus drôles. Même leurs dessins ne sont pas restés dans cette forme anormale : pas de chien-têtard.
   
   Normalement, quand un humoriste raconte les histoires les plus absurdes, on ne le prend pas lui-même pour un malade mental. Ici, en laissant s'installer le doute, en soutenant que c'est réellement elle, au point de tenir un blog en ligne, A. Brosh a instauré un malaise pour moi. Certaine pages sont le journal d'une dépressive profonde ou d'une enfant déjà problématique (l'histoire du gâteau d'anniversaire!), à la lecture desquelles j'ai été plus consternée qu'amusée, alors que je riais franchement quelques pages plus tôt avec ses chiens. Par contre, sa vision de la dépression est assez intéressante, j'ai trouvé sa métaphore des poissons (144-5) particulièrement éclairante. Mais ce n'est pas vraiment ce que j'attends d'une BD humoristique et si ce n'est pas une BD humoristique, que font là les gags?... Je vois que Cathulu n'a pas du tout vu les choses comme cela donc, possible que ce soit moi qui ai quelque chose qui ne va pas.
   
   Bref, Je vais finalement émettre un avis mitigé sur ce livre qui m'a mise plutôt mal à l'aise, même si j'ai également ri grâce aux chiens.

critique par Sibylline




* * *