Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La main dans le sac de Violette Leduc

Violette Leduc
  Thérèse et Isabelle
  L'Asphyxie
  L'affamée
  Ravages
  La vieille fille et le mort suivi de Les Boutons dorés
  Trésors à prendre
  La Bâtarde
  La femme au petit renard
  La folie en tête
  Correspondance 1945 – 1972
  La main dans le sac

AUTEUR DES MOIS D'AOUT & SEPTEMBRE 2014

Violette Leduc est une écrivaine française née en 1907 à Arras et décédée en 1972.


Enfant illégitime, elle fut élevée par sa mère avec l'aide d'une pension paternelle. Plus tard, sa mère se maria et Violette eut un beau-père

Arrivée à Paris, elle rate son baccalauréat et travaille dans les bureaux de l'éditeur Plon. Elle y rencontre des écrivains qui la soutiendront le moment venu.

Toute sa vie, elle mêla amours homo- et hétérosexuelles.

En 1945, elle rencontre Simone de Beauvoir à qui elle présente son 1er manuscrit : " L 'asphyxie". Tout de suite, le Castor croit à son talent, l'aide et la soutient de toutes les façons possibles : professionnelles d'abord, mais aussi par des dons d'argent.

Violette tombe éperdument amoureuse de celle qu'elle appelle S. de B. ou "Madame"

Un autre de ses très généreux mécènes est le riche Jacques Guérin, qui la fera même publier à ses frais.

Avec "La Bâtarde", V. Leduc rencontre enfin le succès. Cet argent lui permettra de s'acheter une maison dans le Vaucluse où elle va vivre de plus en plus, mais c'est à Paris qu'elle mourra finalement, emportée par un cancer.

Un autre de ses très généreux mécènes est le riche Jacques Guérin, qui la fera même publier à ses frais.

Son œuvre fut toujours perçue comme scandaleuse, elle doit aussi l'être comme poétique.


Françoise d'Eaubonne lui a en grande partie consacré un ouvrage biographique: "La plume et le bâillon"

La main dans le sac - Violette Leduc

Copeau
Note :

   Edité seulement à l'été 2014 pour la première fois, ce passage, qui faisait l'ouverture de la version intégrale jamais publiée du "Ravages" de Violette Leduc a été supprimé sans que l'on sache s'il faisait partie de l'amputation opérée par Gallimard à l'époque ou si l'auteur y a renoncé d'elle-même, ne le trouvant plus adapté au texte restant. Il s'agit d'un texte sensuel, certes, mais qu'on ne saurait qualifier de pornographique. Il relate les tout premiers émois homosexuels de l'auteur, cristallisés sur le sac à main d'une professeur qu'on lui a demandé d'aller chercher et dans lequel elle ne peut se retenir de glisser la main...
   
   Ce texte de moins de 80 pages peut intéresser ceux qui cherchent désespérément à retrouver le "Ravages" intégral et en tant que fragment. Il ne doit pas être vu comme un texte entier et complet. Il n'était pas prévu qu'il soit lu ainsi.

critique par *Postmaster




* * *