Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

F comme: Quatre sœurs 1. Enid de Malika Ferdjoukh

Malika Ferdjoukh
  Ados: Quatre sœurs
  Dès 09 ans: Trouville Palace
  Dès 10 ans: Aggie change de vie
  Ados: Chaque soir à onze heures
  Dès 09 ans: Sombres citrouilles
  Dès 09 ans: La Fiancée du Fantôme
  Ados: La bobine d'Alfred
  Dès 09 ans: Le Club de la Pluie au pensionnat des mystères
  F comme: Quatre sœurs 1. Enid
  F comme: Quatre sœurs 2. Hortense
  Dès 10 ans: Robin au fond des bois
  Dès 10 ans: Le Club de la Pluie et les forbans de la nuit
  Dès 09 ans: Le Club de la Pluie contre Satin-Noir

Malika Ferdjoukh est une écrivaine française née en Algérie en 1957.

F comme: Quatre sœurs 1. Enid - Malika Ferdjoukh

Adaptation très réussie
Note :

   
   
   Enid doit faire 17 pas pour aller du car à chez elle, alors que l’année dernière c’était 18, preuve que ses jambes rallongent. Elle aurait bien aimé avoir moins de sœurs… Quoique à bien y réfléchir cela ne serait pas facile de savoir laquelle garder car toutes ont leur charme : Charlie, l’ainée, 23 ans, a abandonné ses études pour s’occuper de ses sœurs à la mort de ses parents. Hortense passe sa vie dans les livres, et quand elle ne lit pas elle se confie à son journal intime. La coquette et enquiquineuse Bettina, toujours affublée de son club de copines, fatigue tout le monde. Quant à Geneviève, elle est passionnée de cuisine. Ces cinq jeunes filles vivent dans la vill’Hervé où leurs parents, depuis leur accident, apparaissent de temps en temps à elles sous forme de fantômes. Proche d’elles on trouve Basile, jeune médecin, ami de la famille et amoureux officiel de Charlie. Et leur vie est aussi ponctuée par les rares visites de la tante Lucrèce, cotutrice, qui leur envoie un chèque le 02 de chaque mois.
   Mais ne voilà-t-il pas qu’elles vont être obligées d’héberger une voisine, Colombe, pendant quelques jours…
   
   Une bande dessinée qui raconte avec beaucoup de tendresse le quotidien de ces cinq sœurs orphelines. Ce récit fait penser aux "Quatre filles du docteur March", version 21ème siècle. Les graphismes sont absolument magnifiques et le livre est très fidèle à l’œuvre originale, publiée à l’école des loisirs en roman par Malika Ferdjoukh.
   
   C’est un vrai bonheur de suivre la vie de cette fratrie, dont Enid est la benjamine. Le sublime coup de crayon de Cati Baur est pour beaucoup dans la réussite de cette très belle bande dessinée. L’irruption des parents sous forme de fantômes dans la vie de leurs filles est particulièrement réussie, ainsi que le graphisme de la maison. Cette vie quotidienne est ponctuée de petites scènes d’humour, et est relatée avec une infinie tendresse pour les personnages.
   
   Voici une bande dessinée tout en finesse que j’ai énormément aimée. Le volume 2 consacré à Hortense est du même acabit. Un vrai régal!
    ↓

critique par Éléonore W.




* * *



Tomes 1 et 2
Note :

   Quatre soeurs - Tome 1 et 2
   
   
   J'ignorais tout de la famille Verdelaine avant de voir apparaître les BD sur les blogs. Elles sont pourtant tirées d'un célèbre roman jeunesse de Malika Ferdjoukh (dans ma jeunesse à moi c'était "Alice détective"). L'histoire et le graphisme de Cati Baur me séduisaient et en effet, j'ai beaucoup aimé les deux premiers tomes.
   
   Les parents Verdelaine sont morts deux ans auparavant dans un accident de voiture. Le premier tome s'attache à Enid, la plus jeune fille, 9 ans. A travers elle, nous avons un portrait des aînées, Hortense, 11 ans, Bettina, 14 ans, Geneviève 16 ans, et l'aînée Charlie, 23 ans, qui tient toute la famille à bout de bras. Son petit ami, Basile, ne demande qu'à l'aider et à jouer les grands frères bienveillants auprès de la tribu.
   
   La demeure familiale, Vill'Hervé, est une vieille bâtisse en bord de mer, balayée par les vents, où les fantômes ne sont jamais très loin. D'ailleurs, Enid voit régulièrement ses parents et dialoguent avec eux, pensant être la seule dans ce cas, alors qu'ils apparaissent à ses sœurs également.
   
   Au début de l'histoire, une tempête mémorable déracine un sycomore et simultanément la chauve-souris d'Enid disparaît. Comme si ça ne suffisait pas, ses nuits sont troublées par des hurlements lugubres. Et c'est parti pour la résolution du mystère.
   
   Les sœurs se chamaillent, chacune a des traits de caractères bien particuliers, mais elles sont soudées et se retrouvent toujours quand il s'agit de se moquer de Tante Lucrèce, la tutrice officielle, sévère et près de ses sous. Le ton est enlevé, vif, assez déjanté, traversé d'humour. J'ai été emballée.
   
   J'ai apprécié encore davantage le deuxième tome, aux dessins plus beaux et délicats. Cette fois-ci, c'est Hortense qui raconte, 11 ans, peut-être la plus introvertie de la famille. Elle parle peu, tient son journal. Elle va rencontrer Muguette, une jeune de son âge très malade, qui la pousse à faire du théâtre et ce sera une révélation. Dans le même temps, Bettina, la plus chipie, surtout attachée aux apparences et au clinquant, tombe amoureuse d'un garçon pas très beau. Bien aidée par des copines aussi futiles qu'elle, elle s’apercevra trop tard qu'elle a tout gâché avec ses préjugés.
   
   Le portrait de la famille s'approfondit, les individualités se dessinent plus précisément. J'espère que les tomes suivants ne tarderont pas à sortir. Il est possible qu'en attendant je me laisse tenter par le roman.

critique par Aifelle




* * *