Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Cinquième saison de Philippe Delerm

Philippe Delerm
  La Cinquième saison
  La première gorgée de bière
  Dès 09 ans: C'est bien
  Dès 09 ans: C'est toujours bien
  La sieste assassinée
  Ma grand-mère avait les mêmes
  Le bonheur
  La bulle de Tiepolo
  Autumn
  Dickens, barbe à papa et autres nourritures délectables
  Le trottoir au soleil
  Quelque chose en lui de Bartleby
  Je vais passer pour un vieux con
  Elle marchait sur un fil

Philippe Delerm est un écrivain français né en 1950.
Il vit en Normandie, dans l'Eure et est le père du chanteur-compositeur Vincent Delerm.

La Cinquième saison - Philippe Delerm

Première oeuvre
Note :

   Delermien convaincu (ah «L'été pour mémoire» !), je dois reconnaître avoir été déçu par celui-ci. On nous informe que la publication de « La cinquième saison » en 1983 marque l'entrée en littérature de P. Delerm. Il fallait avoir « le nez » pour pressentir ce qui allait venir après. Car, pour ce qui concerne la cinquième saison, il faut l'envie chevillée au corps pour s'intéresser et poursuivre jusqu'au bout. Pas d'histoire explicite qui vous emmène. De petites allusions, par petites touches, vous font comprendre la base du drame (disparition de l'être aimé), mais il y a tant de petites touches. Et elles sont si petites ! Tout est mélangé entre ce qui fût fait, avant. Ce qui aurait pu être fait, après. Ce qui est réellement. Plutôt perturbant à la lecture. Un auteur nait. Le style n'est pas encore abouti. Ou plutôt le procédé narratif.
   
   Ne pas en rester à «La cinquième saison» pour celui qui commencerait Delerm par celui-ci. Sauter directement à la case «L'été pour mémoire», par exemple.
    ↓
   
   
   

critique par Tistou




* * *



A oublier
Note :

   "Le cours du temps n'a plus aucun sens pour Maria Murvall.
   Elle vit une saison qui lui est propre.
   Une saison où tout est possible, mais où rien ne se passe. la saison où les sensations sont inversées, et où les sentiments sont morts.
   cette saison a un nom.
   C'est la cinquième saison."

   
   "La cinquième saison" et sans doute la saison de trop. En effet, si la relation amoureuse de Malin Fors est envisagée de manière réaliste et fouillée, on aurait aimé en dire autant de la résolution de l'énigme qui courait tout au long des différents épisodes de la série.
   
   Outrée au delà du raisonnable, elle perd ici toute crédibilité et les descriptions des sévices ne font qu'accroître le sentiment de malaise qui s'empare du lecteur. Ouvrant un livre noir, on ne s'attend évidemment pas à du confort mais pas pour autant à de la complaisance. Un final à oublier donc.

critique par Cathulu




* * *