Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'exil des Anges de Gilles Legardinier

Gilles Legardinier
  Demain, j'arrête !
  Complètement cramé !
  L'exil des Anges
  Ça peut pas rater
  Le premier miracle
  Ados: Et soudain tout change

Gilles Legardinier est un auteur et scénariste français né en 1965.

L'exil des Anges - Gilles Legardinier

Prix du polar SNCF 2010
Note :

   Ils ne se connaissent pas, mais un même rêve leur a donné rendez-vous dans une mystérieuse chapelle des Highlands. Valeria, Peter et Stefan ignorent qu'ils sont la preuve vivante d'une découverte révolutionnaire sur les arcanes de la mémoire faite vingt ans plus tôt par deux scientifiques disparus. Une découverte que beaucoup voudraient s'approprier à n'importe quel prix.
   
    Pour échapper à ceux qui les traquent, ils n'ont pas d'autre choix que de remonter à l'origine du secret dont ils sont les ultimes gardiens. Leurs souvenirs sont des sanctuaires. À eux d'en trouver les clés...
   
   Legardinier est aujourd'hui assez connu d'un large public grâce à ses livres sur les chats. Enfin ceux où un chat déguisé en Manu Chao orne la couverture.
   
   Mais revenons à ce qui a fait connaitre l'auteur, à savoir le roman policier et notamment cet exil des anges prix du polar SNCF en 2010. Il y a un petit coté Barjavel dans ce livre. D'ailleurs je pense que je vais le tester avec un ou une ado de mes connaissances. Le livre a d'ailleurs eu aussi un prix lycéen si je ne m'abuse.
   
   Bref, si je n'ai toujours pas ouvert ses derniers ouvrages, celui-ci m'a bien accroché. Prose facile, mais aux rebondissements non télescopés malgré une intrigue qui pourrait s'y prêter. J’ai beaucoup aimé l'idée d'un retour qui ne soit pas manichéen et où le loup d'hier pactise avec ses brebis pour comprendre et défendre une idée, une grande idée.
   
   Non pas la sécurité sociale ( une grande idée à sauver...) mais des valeurs de l'espèce humaine, celles qui font qu'on a une impression du fond des âges. Voire, de la nuit des temps.

critique par Le Mérydien




* * *