Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

B comme: Olympe de Gouges de José-Louis Bocquet

José-Louis Bocquet
  B comme: Kiki de Montparnasse
  B comme: Olympe de Gouges
  B comme: Joséphine Baker

B comme: Olympe de Gouges - José-Louis Bocquet

Presque 500 pages pour réviser son 18ème
Note :

   Dessins : Catel Muller (qui signe Catel)
   
   Pas porté par le génie comme "Astérios Polyp" que je ne compare que parce que je l'ai lu juste avant, mais un travail très honnête et même de qualité (si ce n'est l'orthographe).
   
   Cette longue bande dessinée est une vraie biographie de la remarquable Olympe de Gouges. C'est à ce titre qu'elle doit retenir notre attention car c'est une biographie de bonne qualité, détaillée et bien documentée, qui nous montrera non seulement l’héroïne dès son jeune âge, mais également son époque et les nombreux personnages célèbres qu'elle côtoya, parfois de fort près. Olympe est une femme de son temps dans la mesure où elle se trouva mêlée à tout ce qui se fit au long de ces années qui virent la France passer de la monarchie la mieux ancrée, au siècle des lumières puis à la révolution française. Les différents courants qui se manifestèrent à cette occasion sont ici représentés sans que le scénariste ait eu besoin d'inventer quoi que ce soit car l'existence aventureuse d'Olympe de Gouge, l'amena à les fréquenter, comme amis, connaissances ou ennemis. C'est une femme qui, chose quasi impensable pour l'époque, refuse de se marier après qu’un court mariage précoce lui eut assuré une sécurité financière, même quand le parti qui se propose semble présenter toutes les garanties de sécurité non liberticide. Elle ne refuse pas, par contre l'amitié – et plus si affinité- d'hommes remarquables dont elle se sent l'égale. Et l'égale, elle l'est, menant sans cesse une activité intellectuelle de communication, auteure de théâtre d'abord, et à succès, puis, à la Révolution, auteure de libelles audacieux, ancêtres des dazibao, qui entraineront sa perte, mais à cette époque, la guillotine fonctionnait à plein et on pouvait connaître une fin brutale même sans s'être placée en première ligne...
   
   On ne peut même pas dire, je pense, qu'en dehors de son féminisme viscéral, Olympe ait manifesté une compréhension particulièrement remarquable de son époque. Loin d'ailleurs d’être seule dans ce cas, elle n'a pas bien estimé les nécessités et les forces en présence, elle n'a pas bien vu ce qui se passait, ni saisi la portée des évènements, mais elle a choisi d'y être mêlée, et de s'en mêler. C'est ce qui fait l’intérêt de sa biographie et, par conséquent, de cette bande dessinée que je conseille tout particulièrement aux adolescents qui se familiariseront grâce à elle sans peine avec le 18ème siècle et les personnages marquants de cet éclatement de la société française dont nous sommes toujours les héritiers. Mais je le leur conseillerais plus ardemment si malheureusement, le texte n'était émaillé d'un mouchetis de fort regrettables fotes d'ortografe. (L'auteur semble ici avoir une difficulté particulière avec les verbes se terminant pas le son [y], mais pas que.)
   
   Le dessin en noir et blanc quant à lui, ne m'a guère séduite, bien que je reconnaisse un travail énorme. Je l'ai trouvé sans charme. Il est excellent dans les paysages, en particulier architecturaux, mais moyen dans les personnages que j'ai souvent eu du mal à reconnaître pour peu qu'ils aient changé de costume.
   
   La bande dessinée elle-même est suivie d'environ 75 pages de documents : la biographie d'Olympe de Gouges (les dates marquantes), celles de tous les personnages principaux et une copieuse bibliographie.
   
   A lire, malgré les défauts, et pour les qualités.

critique par Sibylline




* * *