Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le temps qui va, le temps qui vient de Hiromi Kawakami

Hiromi Kawakami
  Les années douces
  La brocante Nakano
  Manazuru
  Le temps qui va, le temps qui vient

Ecrivain japonaise , née à Tokyo en 1958

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Le temps qui va, le temps qui vient - Hiromi Kawakami

Kaléidoscope Tokyoïte
Note :

   Sacré kaléidoscope quand même! A cheval sur nouvelles et roman... Pour un roman, c’est totalement déstructuré avec onze interventions de personnages – de brèves chroniques, ou des résumés de vie – dont le principal point commun est leur statut de Tokyoïte. Pour des nouvelles, il y a des points de liaison qui sont évoqués, le plus souvent fugitivement, avec des personnages principaux d’une nouvelle qui apparaissent secondaires ou tertiaires dans d’autres. Chez Antoine Volodine on appellerait ça des "entrevoûtes" (breveté SGDG!!!).
   
   La difficulté pour le lecteur occidental, que nous sommes, c’est que les patronymes nous étant fortement exotiques, nous avons du mal à les mémoriser, et passer de Heizo à Yuzuru du premier au second chapitre, sans liaisons aucunes, puis à d’autres, laisse pas mal de frustration puisqu’à peine s’est-on attaché à un personnage qu’il faut l’abandonner et en redécouvrir un autre.
   
   Ils ont toutefois un autre point commun que celui de leur statut de Tokyoïtes ; ils sont de conditions modestes et tous semblent évoluer dans une grande solitude – paradoxe pas si paradoxal que cela dans une mégalopole surpeuplée telle Tokyo.
   
   Lire "Le temps qui va, le temps qui vient", c’est quand même prendre une bonne tranche de vie lambda japonaise urbaine, c’est frémir un peu de la rudesse de leur existence. Pas d’héroïsme ou de morceaux de bravoures, nous sommes entre petits commerçants, petits employés de bureau, en plein milieu du peuple Tokyoïte. Dommage qu’on s’y perde faute d’un fil rouge plus costaud!

critique par Tistou




* * *