Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un été au bord du lac de Alberto Vigevani

Alberto Vigevani
  Un été au bord du lac

Alberto Vigevani est né à Milan en 1918. Il est l'auteur d'une quinzaine de romans qui ont pour cadre Milan.

Un été au bord du lac - Alberto Vigevani

Emois au lac de Côme
Note :

    Alberto Vigevani est un auteur inconnu... C'est un auteur italien né en 1918 et dont la discrétion n'a d'égal que le talent.
   
   Il y a dans "Un été au bord du lac" une belle finesse d'analyse de ces fameux premiers émois que l'on a tous connus. Un livre qui aurait dû ravir François Truffaut par exemple. Un univers de questionnement sur cette douleur de l'adolescence quand se tord un peu le cœur pour mieux voir.
   Avant guerre, le jeune Giacomo, trop jeune pour les grands, plus pour longtemps, passe ses vacances d'adolescent milanais privilégié sur les rives du lac de Côme. Il se prend d'amitié pour Andrew, enfant venu d'Angleterre avec sa mère. Andrew est gravement malade et en cette fin d'été Giacomo le sensible cherche à atténuer sa peine. Il trouvera ainsi sa propre peine dans cette nouvelle fragilité du cœur qui bat un peu fort la chamade à la vue de la mère d'Andrew.
   
    Sur ce sujet somme toute très classique Vigevani brode de fort subtiles variations autour d'infinis détails, une maquette de bateau, une baignade, un sentier de montagne...
   
   C'est magnifiquement écrit et ce déchirement qui perce la jeune âme de Giacomo, il faudrait être une brute pour ne pas en saisir la grâce. A des années-lumières de tout tapage ce court roman est inoubliable.
   
   
   Présentation de l'éditeur :
   
   "Entre les deux guerres, l'été, la bourgeoisie milanaise est en villégiature au bord du lac de Côme dans de grandes villas cossues. De jeunes adolescents découvrent les émois amoureux. Ils seront bientôt pris dans la tourmente du fascisme et de la Seconde Guerre mondiale. C'est un roman tendre et nostalgique"

critique par Eeguab




* * *