Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Seuls les vautours de Nicolas Zeimet

Nicolas Zeimet
  Seuls les vautours

Seuls les vautours - Nicolas Zeimet

(Arché) typé
Note :

   On croit que c’est un roman américain et on cherche le titre anglais. On se rend compte que Zeimet est français et qu’il a situé son intrigue en plein Far West, en Utah, une petite ville certainement imaginaire "Duncan’ s Creek". Ce village compte 178 habitants et il est situé sur le haut plateau de Boulder Mountain ; une nature sauvage, faite de grottes, canyons, rivières et torrents, climat continental rude…
   
   Une petite fille Shawna Twitchell cinq ans a disparu ; sa mère Mandy avait déjà perdu son mari il y a six mois, dont on a retrouvé les vêtements mais pas le corps. Elle n’avait guère regretté ce poivrot qui la battait. Mais Shawna sa petite fille! Elle croit avoir été punie pour avoir prié qu’on la débarrasse de son mari (d’autant plus qu’elle a été exaucée). Beaucoup de ces villageois sont très superstitieux.
   
   Les recherches concernant la fillette, alternent avec la présentation de nombreux personnages : l’institutrice Betty (ex-hippie) et son ami Rick rédacteur en chef de la feuille locale (il y a un journal à Duncan’s Creek…), le médecin Jim Pomeroy (un médecin pour 170 personnes, c’est de la chance!) son ami le fermier noir Lamer Jones, plusieurs gamins de 11-12 ans, qui viennent de finir leur primaire parmi lesquels Jake, le garçon studieux et timide, Sam la grande fille casse-cou, et Junior le gros garçon gourmand et sociable (les enfants et leurs aventures sont ce que j’ai préféré) ; le jeune pompiste Logan ex-petit délinquant, qui travaille à la supérette (un magasin de ce genre pour 170 âmes, quand je vous dis qu’ils ont de la chance!), un shérif stupide, quelque part à 100 km de là mais on dirait juste à côté, une adjointe super intelligente, une communauté de Mormons, des Indiens, un autre fermier complètement fou et sa maman sourdingue.
   
   C’est un récit à suspense très classique, écrit d’une façon correcte, avec de bonnes descriptions soignées, sans énigme véritable (bien qu’on se réfère à Agatha Christie, le lecteur n’a pas à cogiter longtemps pour saisir le truc) avec ce que l’auteur voudrait être une étude des mœurs des différents villageois : ces personnages sont un peu trop "faits sur mesure", d’après des clichés, et ne surprennent pas. On est par contre surpris par ce petit village, perdu en pleine nature sauvage, qui n’en possède pas moins un toubib, un magasin d’alimentation, un journal local, et même une bibliothèque avec des ouvrages pointus.

critique par Jehanne




* * *