Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les enfants de la dernière pluie de Françoise Guérin

Françoise Guérin
  Mot compte double
  A la vue, à la mort
  Un dimanche au bord de l'autre
  Cherche jeunes filles à croquer
  Les enfants de la dernière pluie
  Quatre carnages et un enterrement*

Françoise Guérin est une psychologue et auteure française de romans policiers, née à Lyon en 1966.

Les enfants de la dernière pluie - Françoise Guérin

Commémorons !
Note :

   Ce polar pourrait entrer dans le sous-genre psycho puisqu'il se situe entièrement dans un hôpital psychiatrique, lequel établissement a une histoire et ruisselle de souvenirs d'une époque pas si lointaine où la médecine des troubles du comportement était rien moins que diablement carcérale. Diablement est le mot juste car le centre porte le nom pas forcément jovial de Théophobe Le Diaoul, jadis Théophile Le Bellec, un ancien patient illuminé ou assombri, c'est selon, et que la Grande Guerre avait conduit dans ces murs tragiquement continuateurs de l'aliénation des tranchées. Cette idée sous-tend toute la suite de l'enquête menée par Eric Lanester, flic et psychologue, et son équipe dans cet univers où l'on a coutume de dire que la différence entre les soignants et les soignés ne saute pas toujours aux yeux.
   
   En cette année centenaire, la Grande Guerre est donc indirectement responsable une fois encore de morts violentes, celles d'un patient défenestré par son infirmier, puis le suicide de ce dernier. Le meurtre en ces lieux peut s'avérer essentiellement d'ordre chimique, antidépresseurs, psychotropes, gélules et pilules multicolores pouvant faire fonction de fameux objets contondants. Françoise Guérin, elle-même psychologue, décrit bien les arcanes et plus encore les archives si cruciales dans cet hôpital où l'on comprend trop vite l'importance de l'hérédité, des rivalités et des dynasties. Peu de professionnels collaborent vraiment aux interrogations de Lanester et de ses collègues, soigneusement stéréotypés, une râleuse, une extravertie portée sur la chose, un bleu maladroit. Pas trop d'aide du médecin-chef, pointilleux sur ses prérogatives. Par contre, Elisabeth Bassonville, elle, responsable de tout le passé historique du Centre Théophobe Le Diaoul, se prête si bien aux questions que ça en devient louche.
   
    On s'achemine ainsi vers une vérité subodorée depuis bien longtemps. Dommage que l'on soit depuis pas mal de pages resté assis à la cafeteria, à rêvasser à ce qu'aurait pu être une incursion réussie dans ce milieu hostile à toute curiosité. "Les enfants de la dernière pluie", tout au plus une petite ondée de l'autre côté du rideau, celui qui sépare tant bien que mal la norme de la différence, sachant que l'individu dit normal n'a pas bonne presse dans la critique littéraire jamais exempte de démagogie, mais tout ceci reste insuffisant.
   ↓

critique par Eeguab




* * *



Enigme à l'asile
Note :

   Avec Les enfants de la dernière pluie Françoise Guérin publie son troisième roman policier ayant pour personnage principal l'officier de police, le commandant Eric Lanester.
   
   Nous le retrouvons ici avec son équipe, plongé dans une histoire complexe qui nous envoie dans une direction pour mieux nous perdre au tournant et nous ramener vers une autre… inattendue!
   
   Cette fois-ci, Lanester est aux premières loges. Alors qu'il est allé voir son frère interné à l'hôpital psychiatrique, il assiste à la mort en direct d'un homme tué et défenestré par un infirmier qui se suicide aussitôt. On découvre bien vite que le meurtrier n'était pas dans son état normal, ayant ingéré des psychotropes dangereux. Bientôt, on s'aperçoit que plusieurs cas de violence et de suicide sont liés à ces médicaments au sein même de l'hôpital. Qui est responsable? Le chef de service qui les prescrit? Les laboratoires qui les commercialisent?
   
   L'enquête de Lanester l'amène jusqu'aux archives de l'établissement, où aidé par l'archiviste Elizabeth Bassonville, il peut accéder aux documents qu'il demande. Une exposition réalisée dans le bâtiment par l'archiviste lui permet de prendre connaissance des poèmes de Théophobe le Diaoul, un poilu de la guerre de 14, grièvement blessé, qui fut interné jusqu'à ses derniers jours au service des Agités. Pourquoi ces poèmes vont-ils hanter la mémoire du commandant, pourquoi a-t-il l'intuition qu'il s'agit d'un fait important?
   
   L'enquête ne manque pas de suspense, de rebondissements et Lanester ne cesse de courir de graves dangers. De plus, Françoise Guérin nous introduit dans le milieu psychiatrique et décrit les subtilités de l'analyse qu'elle connaît bien puisqu'elle est elle-même psychologue.
   
    Mais si le récit nous tient en haleine, il n'en reste pas moins que celui qui capte le plus notre attention est Lanester. Dans ce roman nous pénétrons un peu plus dans son enfance et nous comprenons mieux encore les raisons de sa fragilité et ses rapports avec son frère. C'est décidément un personnage attachant. Si l'on y ajoute des passages plein d'humour, "Les enfants de la dernière pluie" est une lecture agréable et intéressante. Un bon policier!
   
   A noter la qualité du prologue, un court texte, deux pages qui ont beaucoup de force et d'émotion et en disent long sur les tourments de l'adolescence en général et sur le passé du personnage.

critique par Claudialucia




* * *