Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le silence de la mule de Gilbert Bordes

Gilbert Bordes
  Le voleur de bonbons
  Le porteur de destins
  La couleur du bon pain.
  Des enfants tombés du ciel
  Le silence de la mule
  Dernières nouvelles de la terre
  La nuit des hulottes
  Une vie d’eau et de vent
  La malédiction des louves
  Les secrets de la forêt
  La garçonne

Gilbert Bordes est un écrivain français né en 1948 à Tulle.

Le silence de la mule - Gilbert Bordes

Silence….
Note :

   Nous sommes en 1928. En Corrèze. Les temps sont difficiles. Pour ceux qui n’ont pas de terre à travailler afin de pouvoir vivre, la solution réside dans la main-d’œuvre qu’ils représentent. Ils se regroupent, à l’occasion de foires, de marchés, et lorgnent sur ceux qui, par leur prestance, donnent l’allure d’être riches, ceux qui possèdent et embauchent. C’est ainsi que Jeanne et sa mère vont être employées au domaine de l’Etanchade. Un des plus grands de la région. Hameau de cinq fermes, entouré des meilleures terres. Henri Couperade, homme bon et généreux, en est le maître. Mais très vite Jeanne va se retrouver seule, sa mère mourra un an après leur arrivée. Son dernier soupir sera pour le maître des lieux, elle lui confiera sa fille, lui demandera de veiller sur elle, ce qu’il acceptera en prêtant serment. Mais pour Jeanne, tout n’est plus que détresse et égarement. Etant sourde et muette, sa mère était tout pour elle, son point de repère, dans ce monde qu’elle ne peut comprendre et qui lui fait peur…
   Je vous laisse découvrir ce que fut la suite de l’existence de Jeanne.
   Gilbert Bordes nous livre ici un roman très dur. Les moyens mis en œuvre pour aider les personnes affectées d’un handicap telles que celui de son personnage, ne ressemblant en rien à ceux que nous pouvons connaître aujourd’hui, leur vie était très dure à cette époque. Relégués au rang de bête, charges importantes pour la famille, bouches supplémentaires et inutiles à nourrir, leurs destins n’était pas des plus réjouissant. Souvent abandonnés, les placements étant rendus quasiment impossibles par manque de structure adaptée, leur existence devenait incertaine lors de la mort des parents proches. Mais très souvent, par leur perception de la vie, rendue différente de la nôtre, ils sont capables de nous donner bien des leçons d’espoir et d’essentiel …

critique par Patch




* * *