Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Diable à Westease de Vita Sackville-West

Vita Sackville-West
  Une aristocrate en Asie
  Toute passion abolie
  Paola
  Au Temps du Roi Edouard
  Plus Jamais d'invités !
  Le Diable à Westease
  L'héritier
  Dès 07 ans: Les secrets et enchantements de la maison de poupée de la Reine d'An
  Dès 08 ans: Les secrets et enchantements de la maison de poupée...
  Correspondance - Virginia Woolf / Vita Sackville-West

Victoria Mary Sackville-West, Lady Nicolson, est une femme de lettres britannique née en 1892 et décédée en 1962.
Christine Orban a consacré un roman aux amours de Virginia Woolf et de Vita Sackville-West : " Virginia et Vita".

Le Diable à Westease - Vita Sackville-West

Whodunnit assez convenu
Note :

   1946. Dans la Royal Air Force pendant la guerre, Roger Lilliard est l'auteur d'un roman à succès et cherche à s'établir à la campagne pour se consacrer à l'écriture et éloigner les souvenirs du récent conflit. Il découvre l'endroit idéal à Westease, paisible village au charme fou. Pourtant, peu après l'arrivée de Roger, un meurtre va bouleverser les habitants du village. La piste d'un meurtrier extérieur est rapidement écartée. Le diable habiterait-il à Westease?
   
   "Le Diable à Westease" est un roman très différent de ce à quoi je m'attendais. Malgré le sujet relevant du genre policier, je pensais retrouver la patte de la brillante Vita Sackville-West avec toute son originalité et sa fraîcheur. En réalité ce roman est un whodunnit malheureusement classique, à mon avis assez convenu. Pour la première fois je me suis presque ennuyée avec cet auteur que j'adore, le récit manquant de dynamisme malgré le format relativement court. Passons sur Roger qui veut voguer "sur le navire de l'amour" (j'ai pris cette remarque pour un trait d'esprit moqueur). L'intrigue reste sympathique sans bouleverser les codes du genre. Les personnages sont pour certains inconsistants (par exemple Mary qui aurait pu incarner une héroïne moderne), tandis que d'autres sont assez artificiels et auraient mérité d'être davantage développés. Je n'irais pas jusqu'à dire que l'intrigue est cousue de fil blanc mais elle manque cruellement de profondeur. Le dernier renversement de situation m'a fait penser qu'au fond, Vita Sackville-West doutait, elle aussi, de la crédibilité de son histoire.
   
   L'intérêt du récit réside à mon avis dans cette interrogation éthique soulevée à la fin : la vie d'un seul homme vaut-elle davantage que celle de la multitude? Le meurtre d'un simple pasteur de campagne peut-il rester impuni si son auteur est un génie?
   
   Je déconseille ce roman à ceux qui n'auraient pas encore découvert Vita Sackville-West car il n'est pas du tout représentatif de son œuvre, aussi bien par le genre que par la qualité. "Toute Passion abolie" est par exemple bien plus abouti ; "The Edwardians" ("Au Temps du Roi Edouard") est pour moi un petit chef-d’œuvre.
   
   Titre original: The Devil at Westease, 1947

critique par Lou




* * *