Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Veuve Noire de Michel Quint

Michel Quint
  Effroyables Jardins
  L'espoir d'aimer en chemin
  Aimer à peine
  Les Joyeuses
  Close-up
  Veuve Noire
  Apaise le temps
  Fox-trot
  Un hiver avec le diable

Michel Quint est un écrivain français né en 1949 dans le Pas-de-Calais.

Veuve Noire - Michel Quint

La garçonne
Note :

   Le jour de l’Armistice 1918, Léonie, une jeune femme pleine de vie, prend des notes en vue d’écrire un article qu’elle espère faire publier à l’Excelsior ou au Petit Parisien. Seule, sans nouvelle de son mari parti au Front, elle doit se débrouiller pour vivre. Il lui a laissé un appartement, mais aucun argent pour subsister. Léonie est une femme instruite, qui fréquente les artistes et écrivains de Paris. Elle pense à Guillaume Apllinaire "Krosto" qu’on va enterrer bientôt.
   
   Pourtant la fin de la guerre la met dans un état particulier. Elle vient de décider que c’en était fini des corsets, et des jupes longues. Elle aspire à la liberté. D’abord, à présent, elle ira seule au café!
   
   C’est là qu’elle rencontre Edgar, un très bel homme, revenu du Front avec juste une blessure au flanc gauche. Très vite, elle devient sa maîtresse. Edgar prétend être dans le commerce de l’art, entrepose des toiles dans sa chambre, un Modigliani, un Soutine… lui propose une participation sur les ventes. Edgar va pourtant disparaître, après une sortie au théâtre, et Léonie le rechercher en compagnie d’un autre ex-soldat, Norbert Rameaux, photographe professionnel. A eux deux ils forment une paire de journalistes émérites. Très vite, Léonie se fait un nom de plume "Lys de Pessac". On soupçonne qu’Edgar disparu n’est pas un individu recommandable... Doivent-ils le rechercher pour le livrer à la police, et Léonie renoncer à lui?
   
   Pendant quelques mois, et 300 pages, l’auteur brosse la vie intellectuelle et artistique du Paris de 1918/19, une vie passionnante. Il nous fait croiser Modigliani et sa maîtresse Jeanne, Gertrude Stein et Alice Toklas, Cocteau et Radiguet, Breton et Tzara… Léonie se transforme en femme émancipée des années folles, amorce une nouvelle vie amoureuse, participe à des enquêtes criminelles, dont l’une la concerne personnellement, l’autre est une affaire célèbre qui a remué l’opinion, et il y aura aussi l’attentat dont Clemenceau réchappa.
   
   Avant d’être un roman policier, c’est un récit historique où l’on plonge brièvement mais avec intérêt dans cette société de l’immédiat après guerre.

critique par Jehanne




* * *