Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Là où la lumière se pose de Véronique Biefnot

Véronique Biefnot
  Les murmures de la terre
  Là où la lumière se pose

Là où la lumière se pose - Véronique Biefnot

Clôture en beauté
Note :

   Après son périple en Bolivie et ses expériences de transes chamaniques, Naëlle va bien. Elle vit paisiblement à Bruxelles avec Simon qui tente de retrouver la complicité qu'il avait avec Lucas son fils parti étudier en Angleterre. Naëlle est cependant toujours hantée par les images qu'elle a vues lors de ses transes, notamment celle d'une grotte, raison pour laquelle elle se met à explorer toutes celles qui sont dans son environnement assez proche. Lors d'une descente spéléologique rien ne se passe comme prévu, Simon souffrant de claustrophobie. A la suite de cette mésaventure, Naëlle décide de retrouver sa sœur qui a vécu les mêmes horreurs qu'elle dans l'enfance et dont elle a été séparée depuis l'âge de huit ans.
   
   Chose promise, chose accomplie, j'ai lu la suite de "Les murmures de la terre" et j'en parle. A la fois très différent et très proche, ce dernier tome des aventures de Naëlle se lit avec le même entrain, la même joie et la même envie de continuer un peu avec les personnages. On quitte la Bolivie pour revenir en Belgique, on quitte les transes chamaniques (quoique...) pour se retrouver dans des délires sectaires, mais on reste avec les personnages, leur fêlures, leurs difficultés, leurs amours...
   
   Cet opus commence avec une Naëlle plus apaisée, plus calme, mais malgré cela aucun temps mort : autour de l'intrigue principale se greffent des péripéties diverses plus ou moins liées qui donnent un rythme rapide et plaisant tant au lecteur qu'aux divers participants, tel Simon : "Depuis qu'il connaissait Naëlle, ses convictions avaient volé en éclats. Un monde infiniment plus subtil avait remplacé l'univers prévisible où il évoluait jusque là. Le confort matériel auquel il s'était attaché pour combler les manques vertigineux de son existence n'avait plus, aujourd'hui, la même importance. Cette femme à nulle autre pareille avait bouleversé sa vie." (p.116)
   Il faut bien que je dise aussi, point sur lequel je n'ai sans doute pas assez insisté dans mon article sur le tome précédent que ce thriller est aussi un roman d'amour, un "thriller amoureux" comme il est écrit en quatrième de couverture, c'est même la clef de voûte de la trilogie, l'amour que Simon et Naëlle se portent et qui les fera surmonter des épreuves assez incroyables et très déstabilisantes.
   
    Je retrouve dans les romans de Véronique Biefnot la joie de vivre, le bonheur que l'on peut trouver dans les livres de Francis Dannemark, certes moins franchement, plus diffus mais toujours là en fond ; ce n'est pas une coïncidence lorsque l'on sait que Simon et Naëlle se retrouveront brièvement au château d'Emiliana di Castelcampo, la comtesse excentrique et terriblement attachante du roman de F. Dannemark, "Aux Anges" (et que Simon et Naëlle ont également fait un bref passage dans ledit roman "Aux Anges"). Le roman est plein de ces relations que nous entretenons quotidiennement, plein de ces questionnements. Certes, il y a aussi l'intrigue qui file sur les trois livres, le personnage de Naëlle qui n'est pas banal et qui, après un début calme se retrouve assez vite dans des situations plus mouvementées, toujours en proie à ses interrogations à ses peurs et ses démons, à ses diverses personnalités.
   
   Le tout est diablement bien mené, l'écriture est toujours aussi limpide, fluide, les chapitres courts et alternant les points de vue ne négligeant personne, car même si Naëlle est le rôle principal, les seconds rôles ont de belles places dans ce livre, certains un peu moins que dans le précédent, comme Céline et Grégoire, les amis de Simon, d'autres plus comme Lucas, le fils de Simon ou Nicolas, l'étrange et grand chat de Naëlle (quand je vois la pauvre Dédenne qui dort paisiblement sur le fauteuil et que je lis les exploits de Nicolas, je suis rêveur... et jaloux).
   
   Bref, une série qui se clôt en beauté, le meilleur conseil que je puisse vous donner, c'est de la commencer dès le premier épisode (même si chacun peut se lire indépendamment), "Comme des larmes sous la pluie" (existe en poche).
   
   
   Trilogie:
   
   - Comme des larmes sous la pluie
   - Les murmures de la terre
   - Là où la lumière se pose

critique par Yv




* * *