Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Aux Anges de Francis Dannemark

Francis Dannemark
  L'homme de septembre
  La longue promenade avec un cheval mort
  Choses qu'on dit la nuit entre deux villes
  Du train où vont les choses à la fin d'un long hiver
  Les petites voix
  La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis
  Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un)
  Aux Anges

Francis Dannemark est un écrivain belge francophone né en 1955.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Aux Anges - Francis Dannemark

♫C'est bon pour le moral♫♪
Note :

   Florian et Pierre sont deux amis d'enfance très liés pendant des années qui ne font plus que se croiser aux hasards de leurs vies depuis trente ans, sans vraiment se parler. A l'invitation de Pierre, qui souhaite renouer avec sa belle amitié, Florian accepte une virée de cinq jours entre la Normandie et la Picardie, que Pierre doit ponctuer de quelques rendez-vous professionnels. Bien évidemment, leur escapade entre copains ne se déroulera pas comme prévu, surtout lorsqu'ils rencontrent, Emiliana di Castelcampo, vieille comtesse excentrique qui vit dans un château en quasi ruine, entourée de nombreuses personnes et d'une ménagerie impressionnante.
   
   La balade commence comme un road movie mélancolico-nostalgique, les deux cinquantenaires se redécouvrant, osant petit à petit se livrer l'un à l'autre. Chacun raconte sa vie, entre succès ou ratages professionnels, amours qui durent ou éphémères : Pierre est marié depuis longtemps à Béatrice, médecin et il sent bien qu'ils s'éloignent, Florian est marié-divorcé trois fois, père d'une fille qu'il ne voit pas et en compagnonnage avec une femme qu'il n'aime pas vraiment. La reprise de contact est timide, empruntée, mais on sent qu'il en faudrait peu à ces deux hommes pour se livrer un peu plus. Le déclic viendra d'Emiliana di Castelcampo, arrêtée au bord de la route, son véhicule dans le fossé ; Florian et Pierre la raccompagnent chez elle et découvrent le château, Léo le mari, Benny l'ancien rappeur reconverti et homme à tout faire et toute une galerie de personnages heureux, souriants, et un nombre d'animaux assez impressionnant, Noé même doit s'en mordre ce qu'il reste de ses doigts de jalousie! C'est donc Emiliana qui va dynamiter le récit qui aurait pu s'enliser dans la routine. Le château est un lieu dans lequel ses habitants se livrent, se racontent. Un peu comme Alice dans "Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien" (et de tous ses maris plus un), la vieille dame parle de sa vie, de ses amours parfois heureuses, parfois moins, mais jamais tristes. Puis chacun y va de sa confession, Florian et Pierre itou, qui la cinquantaine à peine entamée se posent pas mal de questions sur la vie, les amours, le sens de la vie, de la réussite -est-elle professionnelle, privée?-, l'amitié, ... toutes ces questions qui commencent à fleurir dans les cerveaux des gens approchant cet âge.
   
   Comme à son habitude, dans ses derniers romans au moins -les autres, je ne les connais point-, Francis Dannemark, se régale à écrire un roman optimiste. Pas mièvre, drôle, enlevé et optimiste et pas si léger qu'il pourrait paraître de prime abord. Dans ces moments pas toujours faciles, c'est un bonheur total de pouvoir s'échapper quelques heures en compagnie de ses personnages qui, sans avoir une vie facile, la prennent du bon côté. Ce n'est pas toujours aisé, le malheur fait plus vendre que le bonheur. On rêve tous, là, peut-être m'avancé-je en parlent pour tous, alors disons, je rêve, de trouver une Emiliana en son château en ruine, dans lequel, lorsque le moral baisse -ben, oui, ça peut arriver, même si je suis d'une nature plutôt optimiste-, je pourrais aller passer quelques jours. Sauriez-vous résister à un humour tel que le rapporte Lucie, ex-pharmacienne qui vit depuis cette anecdote au château : "Le lendemain, j'ai revu une femme que je n'avais plus revue depuis longtemps. Elle m'a demandé si je n'avais pas, par hasard, un sirop qu'elle pouvait donner à un perroquet qui ne cessait d'éternuer. Je l'ai regardée, elle a précisé avec beaucoup de sérieux qu'il n'était pas impossible que le perroquet fasse semblant d'éternuer mais que dans le doute..." (p.90)?
   

   Francis Dannemark aime les personnages qu'il crée, et ça se sent, il est bon avec eux, et on n'a pas envie qu'il leur arrive des tas d'événements malheureux. Ils passent par des moments pas faciles, se posent mille questions. F. Dannemark parle bien de la seconde ou de la troisième ou de l'énième chance en amour, la manière dont on peut, en couple évoluer ensemble dans un sens similaire, conforter année après année l'attachement à l'autre, ou au contraire comment deux êtres s'éloignent sans l'avoir voulu, au gré des rencontres, des souhaits, des virages de la vie. Pourquoi alors céder à une vie moyennement confortable lorsqu’une vie plus épanouie s'ouvre? Alors, certes, chez Francis Dannemark, tout se fait en douceur, il y a un petit côté utopique, rêveur qui paraît difficilement atteignable dans notre monde rapide, moderne, fuyant. Et finalement, s'il avait raison et s'il fallait prendre du temps? Changer si ce n'est de vie, de vitesse en adoptant une allure pied sur frein, pour profiter de tous les paysages aux différents âges? Pour finir sur une note personnelle, j'ai changé de rythme de vie, la quarantaine tout juste entamée, et depuis sept ans maintenant je m'en félicite tous les jours, sans regret ou amertume de ne l'avoir pas fait plus tôt, juste avec l'espoir de profiter encore longtemps.
   
   A noter que les personnages de ce très agréable roman, que dis-je, de cette douceur et joie de lecture se rencontrent avec ceux d'un autre roman, celui de Véronique Biefnot, "Là où la lumière se pose", et que l'idée est tellement plaisante, qu'il ne me reste plus qu'à lire le livre de V. Biefnot.
    ↓

critique par Yv




* * *



Le difficile virage de la cinquantaine
Note :

    « Pierre tourna les yeux vers Florian, leurs regards se croisèrent un instant. Les yeux de Pierre demandèrent à ceux de son ami s'ils croyaient que la comtesse était folle. "Peut-être, mais sans doute moins que la plupart des gens dont on jurerait qu'ils ne le sont pas", répondirent les yeux de Florian.»
   
   Pierre et Florian ont été des amis d'enfance très proches avant de se perdre presque de vue pendant 30 ans. C'est Pierre qui renoue le contact en proposant à Florian de l'accompagner dans un voyage professionnel de quelques jours du côté de la Normandie et de la Picardie.
   
   La cinquantaine est propice aux bilans et il n'est brillant ni pour l'un, ni pour l'autre. Pierre, marié à Béatrice, sent qu'ils s'éloignent inéluctablement l'un de l'autre. Florian, après 3 divorces, vit avec une femme qu'il n'aime pas vraiment et a une fille qu'il ne voit pas souvent.
   
   Le voyage est l'occasion de refaire connaissance, les deux hommes égrènent des confidences avec plus ou moins de facilité ou de gêne. Au moment où l'on se demande où va le livre, surgit fort opportunément la Comtesse Emiliana di Castelcampo. Sa voiture dans le fossé, Pierre et Florian la raccompagnent à son château et vont découvrir la bande hétéroclite qui y vit. Léo, le mari, Benny, ancien rappeur, une kyrielle d'animaux, un groupe de jeunes volontaires sur le chantier de restauration, Lucie qui a trouvé l'amour ici etc.
   
   A partir de cette rencontre insolite, la vie de Pierre et de Florian va s'infléchir insensiblement vers plus d'authenticité. La Comtesse un peu extra-lucide va servir de révélateur à leurs désirs réels et leur donner peut-être la force de prendre un nouvel élan.
   
   C'est toujours un plaisir de se couler dans les romans d'un auteur qui aime ses personnages et ne leur souhaite que le meilleur. Sous des dehors légers, le questionnement l'est moins, la cinquantaine n'est pas toujours confortable, que faire à partir de ce qui est déjà joué, pour ne pas tourner en rond dans ses erreurs? C'est un tournant difficile à négocier et si j'ai un reproche à faire au roman, c'est de nous présenter des situations qui s'arrangent un peu trop miraculeusement. Un rien trop parfait.
   
   Mais si vous vous sentez blessés par la vie ou si vous avez envie d'un moment de réconfort, n'hésitez pas, c'est une lecture faite pour vous. J'apprécie aussi les références dont l'auteur émaille ses histoires, que ce soit en musique ou en littérature.

critique par Aifelle




* * *